Benoît XVI qualifie la pédophilie de crime odieux

Publié le par Denis-Zodo

 

    

 

Benoît XVI a exhorté mardi les évêques irlandais à combattre avec la plus grande détermination la pédophilie, un crime odieux aux yeux du pape.

Reçus au Vatican pour discuter du scandale de pédophilie qui a éclaboussé le clergé dublinois, les prélats irlandais se sont également engagés à coopérer avec les autorités civiles, dit le Saint-Siège dans un communiqué.

Les évêques "ont souligné leur engagement à coopérer avec les autorités statutaires en Irlande - du Nord et du Sud - et avec le bureau national de la protection de l'enfance au sein de l'Eglise catholique d'Irlande pour garantir que les normes, les politiques et les procédures de l'Eglise représentent ce qui se fait de mieux dans ce domaine", peut-on lire dans le communiqué. C’est un crime ,la pédophilie. Comment lutter ce phenomène.Il y a des proches mélés. Nous avons connu en  Belgique, qui était sur les journaux à sasention.

En novembre dernier, un rapport commandé par le gouvernement a accusé la hiérarchie catholique irlandaise d'avoir passé sous silence des centaines de viols d'enfants ou autres sévices commis par des prêtres dans l'archidiocèse de Dublin entre 1975 et 2004.

"Le Saint-Père a fait observer que l'abus sexuel d'enfants et de jeunes gens ne constitue pas seulement un crime odieux, mais aussi un grave péché qui offense Dieu et blesse la dignité de la personne humaine créée à son image", indique le Vatican.

"Tout en ayant conscience que la douloureuse situation actuelle ne sera pas réglée rapidement, il a incité les évêques à s'attaquer aux problèmes du passé avec détermination et résolution et de faire face à la crise actuelle avec honnêteté et courage", poursuit le communiqué.

Trois séries de rencontres en présence du pape et des 24 évêques irlandais ont eu lieu pendant deux jours pour discuter du rapport de la commission Murphy.

Ses auteurs accusent l'Eglise d'avoir caché "de manière obsessionnelle" les cas d'abus sexuels. Selon le rapport, tous les évêques en poste pendant la période couverte par l'enquête ont eu connaissance de certaines plaintes mais l'archevêché était plus soucieux de défendre la réputation de l'Eglise que de protéger les enfants.

DÉMISSIONS

Un prêtre a reconnu avoir violenté une centaine d'enfants. Un autre a admis s'en être pris à des enfants toutes les deux semaines pendant plus de 25 ans.

A la suite de ces révélations, quatre évêques ont présenté leur démission. Une seule a jusqu'ici été acceptée par le pape, mais la réunion du Vatican pourrait être le prélude à un remaniement profond de la hiérarchie ecclésiale irlandaise.

Une association de victimes baptisée "One in four" (Un sur quatre, la proportion d'enfants irlandais qui subiront un abus sexuel) a réclamé la démission des autres évêques mis en cause.

"One in four" a déploré l'attitude du Vatican et du nonce apostolique en Irlande, son représentant diplomatique, les accusant de s'"être abrités derrière les protocoles diplomatiques pour éviter de coopérer avec la commission Murphy". Selon le Vatican, la commission n'a pas emprunté les "voies diplomatiques appropriées".

Les évêques irlandais ont remis au pape une lettre d'une autre organisation, "Irish Survivors of Child Abuse" (Rescapés irlandais de la pédophilie), l'invitant à enquêter sur les raisons qui ont conduit "pendant des décennies à des violations aussi flagrantes" des enseignements du Christ.

Elle demande en outre que les responsables de sévices et de dissimulations soient traduits en justice et réclame la création d'une commission chargée "d'examiner tous les aspects de scandale historique".

Plusieurs associations de victimes ont l'intention de réclamer des dédommagements financiers, ce qui pourrait plonger l'Eglise irlandaise dans une grave crise financière. Aux Etats-Unis, où un scandale du même ordre a éclaté en 2002, sept diocèses ont fait faillite.

Un porte-parole du Vatican a déclaré qu'une lettre du pape au peuple irlandais serait publiée pendant le carême, qui débute mercredi et se termine le 4 avril, jour de Pâques.

Il s'agira du premier document consacré exclusivement par un pape à la pédophilie.

Jean-Stéphane Brosse et Pascal Liétout pour le service français.

Source :Reuters

 

 

 

Publié dans société

Commenter cet article