Papa Wemba, une vie si riche

Publié le par Denis-Zodo

Papa Wemba, une vie si riche

Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, dit Papa Wemba est né le 14 juin 1949 à Lubefu au Congo belge. Il est tombé le 24 avril 2016 à Abidjan à la suite d'un malaise survenu sur scène à Abidjan, en Côte d’Ivoire, alors que s’achevait dans l’allégresse, le Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) qui était à sa 9ème édition. Papa Wemba était le parrain de cette édition. Le monumental artiste congolais avait donné son accord aux jeunes gens de Magic System, organisateurs dudit festival. Quand devaient débuter les festivités, le roi de la Rumba était convalescent. Selon des sources dignes de foi, l’homme venait de faire un coma de trois jours en France. ‘’Le chef du village Molokaï’’ a voulu honorer cet engagement pris devant les jeunes gens d’Anoumabo. Alors qu’il bouclait le Femua au petit matin du 24 avril, Papa Wemba s’écroule sur le podium. Il était à sa troisième prestation musicale, à 5 h 24, lorsque l’homme de 67 ans s’est affalé, après 20 minutes de communion avec le grand public. Il est aussitôt transporté dans une clinique où l’artiste va succomber à 5 h 50. La mobilisation ne s’est pas fait attendre. En Côte d’Ivoire, le peuple entier en a été meurtri. Une levée de corps qui a réuni de hautes personnalités ivoiriennes et congolaises dont l’ancien président Henri Konan Bédié, les ministres ivoirien de la Culture et de la Francophonie et congolais du Tourisme, sans oublier la défunte, Mama-Marie Lozolo dite Mama Amazone. Le concert hommage qui suivra, va enregistrer de nombreux artistes ivoiriens et un public à la hauteur du talent du disparu qui, notons-le, a été décoré à titre posthume, à la plus haute distinction de l’Etat de Côte d’Ivoire. Le lendemain, lorsque son corps est accueilli dans la ferveur à l’aéroport de Kinshasa, c’est une masse qui pleure ce grand homme. Des funérailles dignes du roi de la Rumba sont organisées à Kin pour celui qu’on appelait aussi le roi de la Société des ambianceurs et des personnes élégantes (SAPE), concept qu’il a lui-même créé. D’abord, à l’arrivée du corps, du beau monde a accompagné Wemba à la morgue de l’hôpital du cinquantenaire de Kinshasa. Le lundi 2 mai, la cérémonie d’hommage au chanteur a été marquée par l’exposition du corps au palais du peuple, le palais présidentiel, où l’ambassadeur de la musique congolaise a été célébré comme un vrai chef. A Kin comme à Abidjan, Papa Wemba a reçu la plus grande distinction de la République démocratique du Congo (RDC) des mains du président Joseph Kabila et de tout le gouvernement. Le mercredi 4 mai, l’un des plus grands chanteurs congolais de l’histoire de ce pays a été inhumé au cimetière de Kinshasa après une cérémonie religieuse de huit (8) heures d’horloge à la cathédrale Notre dame de la capitale congolaise. Une cathédrale qui a refusé du monde. Papa Wemba, outre la chanson, avait des relations particulières avec le Christ. Ces dernières années, l’homme s’était beaucoup rapproché de Dieu. Il avait été reçu par le Pape en 2012 au Vatican et avait chanté pour la paix dans le monde. Avant lui, il y a eu le grand chanteur Franco, l’immense Pépé Kalé et même l’ancien président Mobutu Sessé Séko. Mais, l’on retient que Papa Wemba a reçu le plus grand hommage qu’ait connu un Congolais. L’on cite Patrice Lumumba, le leader panafricaniste, qui a eu droit à des honneurs similaires. Papa Wemba restera inoubliable pour les mélomanes africains. Il laisse derrière lui, une cinquantaine d’albums et de nombreux enfants, inconsolables.

Publié dans culture

Commenter cet article