Lutte contre le réchauffement climatique : La planète à l’épreuve de la transition énergétique à l’échelle mondiale

Publié le par Denis-Zodo

Lutte contre le réchauffement climatique : La planète  à l’épreuve de la transition énergétique à l’échelle mondiale

Une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement étaient présents au siège de l’ONU, vendredi 22 avril 2016. Enjeux, de ce rendez-vous planétaire, obtenir non seulement le plus tôt possible la ratification de 55 pays représentant au minimum 55 % des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi, leur engagement. Signataire de la COP21 à Paris, la Côte d’Ivoire était représenté au plus haut sommet par le Président de la République Alassane Ouattara.


Cette rencontre revêtait un caractère singulier et déterminant, parce que les pays signataires de la COP 21 ne seront contraints de respecter leurs engagements que quand ils auront ratifié le traité et cela peut prendre plus de temps, puisqu’il faut qu’une loi soit votée par les parlementaires de chaque pays. De retour des USA, Alassane Ouattara a soutenu « Nous sommes désormais entrés dans la phase de l’action, de la solidarité et du respect de nos engagements visant à donner une nouvelle vie à notre planète pour le bénéfice des générations. Ensemble, nous devons donc réussir la transition énergétique à l’échelle mondiale, afin de réduire de manière drastique, les émissions de gaz à effet de serre et de lutter efficacement contre les effets des changements climatique », dixit, entre autres le chef de l’Etat ivoirien.

Par ailleurs, il a soutenu que la mise en œuvre de l’accord de Paris, n’est pas une option, mais plutôt un impératif. Avant d’ajouter que la Côte d’Ivoire qui caresse le secret espoir d’être un pays exemplaire et d’excellence en matière de développement durable, alliant la vision d’émergence économique avec la mise en œuvre de sa « stratégie bas carbone », a besoin de l’appui et de l’accompagnement de la communauté internationale. En outre, il a invité toutes les parties prenantes à l’accord de Paris à aller plus loin afin de pérenniser la dynamique actuelle et rendre irréversibles les progrès accomplis collectivement.

Pour rappel, ce sont 175 pays qui ont signé ledit accord. Toute chose qui a réjoui Ban-Ki Moon, le secrétaire général de l’Onu. S’il est vrai qu’il est trop tôt pour applaudir des deux mains, l’on peut cependant se réjouir du fait que de gros pollueurs, tels les USA, la Chine et la France ont paraphé le document le 22 avril dernier au siège de l’ONU. Le chef de l’État français, François Hollande qui a signé symboliquement le premier a invité l’ensemble des pays signataires à aller plus loin que les promesses. « Il faut traduire l’accord de Paris sur le climat en actes pour faire face à l’urgence. Les mois qui viennent de s’écouler ont été les plus chauds de ces cent dernières années. Il faut aller vite, encore plus vite », a-t-il exhorté ses homologues. Au demeurant, la signature n’est qu’une première étape. François Hollande a également plaidé pour qu’on donne un prix au carbone, enjeu capital clairement oublié à Paris…

«Ça doit être notre engagement principal pour réorienter les investissements et modifier les choix des entreprises comme des consommateurs. Cette fiscalité verte doit être fixée d’abord en France, en Europe et ensuite dans le monde entier». A-t-il indiqué. L’accord n’entrera en vigueur que lorsque cinquante-cinq pays responsables d’au moins 55 % des émissions de gaz à effet de serre l’auront ratifié, ce qui pourrait être fait dès 2017.

Les Etats-Unis, responsables à eux seuls de 18 % des émissions, pourraient ratifier le texte avant la fin de la présidence Obama, sans passer par un congrès républicain hostile. «Les Etats-Unis se réjouissent de signer et ratifier cet accord dès cette année, et nous appelons tous les pays à en faire autant», a lancé le secrétaire d’État américain, John Kerry, qui représentait Barack Obama en visite au Royaume-Uni.

On peut le dire, en dépit de certaines avancées notables, le monde entier, notamment les pays les plus touchés par le réchauffement climatique retiennent leur souffle, au regard des échecs antérieurs.

Publié dans Environnement

Commenter cet article