Le proverbe du jeudi

Publié le par Denis-Zodo

« Dire que la patte de l’éléphant est lourde, et que celle du moustique l’est moins, revient à ne rien dire », car c’est une évidence.

 

On le sait, l’éléphant est un mastodonte qui pèse lourd. Par conséquent, il est évident que sa patte pèse lourd que celle du moustique qui n’est qu’un minuscule animal difficilement visible.

C’est comme cette évidence qui transparait dans le dernier rapport de l’ONU sur la crise en Guinée. Le chef de la junte militaire, le capitaine Moussa Dadis Camara est accusé pour sa responsabilité directe dans les massacres du 28 septembre 2009. Comment pourrait-il en être autrement ? Lui qui dirige le CNDD et par la faute de qui tout est arrivé. Il ne peut pas ne pas être au centre de ces crimes, puisqu’il a accusé plus tard, les leaders de l’opposition d’avoir conduit le peuple à l’abattoir. S’il parle d’abattoir, c’est que le scénario catastrophique était programmé. Il y a des choses sur lesquelles on ne réfléchit pas longuement et dont la solution est là, sous les orteils. Dans ce cas, on ne tourne pas longtemps. C’est le cas d’un Dadis Camara, impliqué jusqu’au coup, dans ces massacres.

Publié dans Proverbe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jacques ambroise 24/12/2009 14:33


Qu'est ce qu'il risque s'il rentre chez lui en GUINEE ?
Les Guinéens sont-ils prets à le recevoir ?
Qu'en pensent les dirigeants des pays limitrophes ?


Denis-Zodo 26/12/2009 14:43



Franchement, le peuple Guinéen n'en veut pas. Il peut bien rentrer au pays mais toujours est-il qu'il est vomi par son peuple.


Les dirigeants des pays limitrophes s'inquiètent et souhaitent que la crise guinéenne soit résolue d'une façon ou d'une autre pour la sérénité dans la
sous-région.