Enquête à Paris sur l'attentat contre l'équipe du Togo à la CAN

Publié le par Denis-Zodo

Le parquet de Paris a annoncé vendredi l'ouverture d'une information judiciaire sur un attentat commis le 8 janvier dernier en Angola contre l'équipe de football du Togo, qui a fait deux morts et treize blessés.

Cette procédure ouverte pour "association de malfaiteurs, assassinats et tentative d'assassinats", le tout "en relation avec une entreprise terroriste" vise un mouvement d'opposition angolais, qui a revendiqué l'action, le Front de Libération de l'Etat du Cabinda-Position Militaire.

Son secrétaire général, Rodriguez Mingas, qui réside à Paris, "serait de nationalité française et domicilié en France", ce qui fait que la justice française est compétente juridiquement pour engager des poursuites, dit le parquet. Il est susceptible d'être arrêté.

Le procureur de Paris a agi à la suite d'une plainte de l'Angola déposée le 26 avril. Deux juges d'instruction du pôle antiterroriste sont désignés pour enquêter, Christophe Teissier et Edmond Brunaud.

L'attaque était survenue à l'occasion de la Coupe d'Afrique des nations (CAN), épreuve qui se tenait en Angola et où l'équipe du Togo se rendait en autocar.

Des hommes avaient ouvert le feu sur l'autocar alors qu'il venait de pénétrer dans l'enclave de Cabinda, séparée géographiquement du reste de l'Angola, en provenance du Congo, où les Togolais s'étaient préparés.

L'entraineur adjoint et l'attaché de presse avaient été tués par balles. L'équipe du Togo a renoncé ensuite à participer à l'épreuve.

Source : Reuters

 

Publié dans Politique africaine

Commenter cet article