Washington cherche à semer le trouble entre pays du Golfe, selon Téhéran

Publié le par Denis-Zodo

L'Iran a critiqué mardi les Etats-Unis, qui renforcent actuellement leur système de défense anti-missiles dans le Golfe arabo-persique, en vue de contrer une éventuelle attaque de Téhéran. Le régime iranien a estimé que Washington cherche de semer la zizanie entre les pays de la région et exhorté ses voisins à ne pas l'écouter.

Recevant le prince héritier du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, le président Mahmoud Ahmadinejad a estimé que "les Occidentaux ne veulent pas de relations amicales entre pays de la région. Leur vie dépend des querelles et de l'insécurité". Des propos cités par la télévision publique.

"Les ennemis veulent étendre le feu de la guerre à la totalité de la région pour régler leurs propres problèmes politiques et économiques", a ajouté Ahmadinejad.

Auparavant, le président du Parlement iranien, Ali Larijani, avait jugé que renforcer leur arsenal dans cette zone ne ferait que causer plus de problèmes aux forces armées américaines.

"Les pays de la région doivent savoir que ce spectacle de marionnettes, présenté par les Etats-Unis, au prétexte d'améliorer la sécurité dans la région, n'est rien d'autre qu'un stratagème politique visant à renforcer la présence militaire (américaine), au détriment des autres (pays)", a dit Ali Larijani, exhortant les pays voisins à ne pas se laisser "tromper par les tactiques anti-iraniennes des Etats-Unis». Publier par associâtes pres

L'Iran a réagi après que plusieurs médias ont rapporté que Washington avait déployé des intercepteurs de missiles Patriot dans plusieurs pays du Golfe. La semaine dernière, un responsable de l'armée américaine a déclaré que la marine renforçait la présence de navires capables de frapper des missiles en plein vol.

Quatre pays sont concernés, ont confirmé ce week-end les responsables militaires américains: le Koweït, les Emirats arabes unis (EAU), le Bahreïn et le Qatar.

Le Bahrein abrite le quartier général de la Vème Flotte américaine, tandis que le Qatar dispose lui d'un centre de gestion des opérations aériennes américaines.

Ce renforcement des systèmes de défense intervient, alors que le Sénat américain a voté jeudi dernier un projet de loi renforçant les sanctions contre l'Iran, dans le but de contraindre le régime islamique à renoncer à son programme nucléaire. Les Etats-Unis pressent également leurs alliés et l'ONU d'adopter des sanctions plus sévères contre Téhéran.

Mais Téhéran dément que son programme nucléaire ait d'autres ambitions que de produire de l'électricité.

L'Iran possède des missiles d'une portée supérieure à 1.900km, qui pourraient atteindre Israël et les bases américaines situées dans la région, ainsi que le sud-est et l'est de l'Europe.

Le général David Petraeus, chef du Central Command de l'armée américaine, et à ce titre responsable de toutes les opérations au Moyen-Orient, avait évoqué le 21 janvier, lors d'un discours à l'université de Georgetown, la modernisation des systèmes de missiles Patriot, comme l'un des éléments de la stratégie de défense américaine, afin qu'ils puissent frapper un missile en plein vol. Il avait précisé que huit batteries de missiles Patriot se trouvaient dans la région, deux dans chacun des quatre pays concernés, sans pour autant les nommer.

 

Commenter cet article