USA : VEULENTAUSSI TAXER LES BANQUES

Publié le par Denis-Zodo

  • Les pouvoirs publics américains s'agitent contre les banques avant l'ouverture d'une "saison des bonus" qui se présente comme exceptionnelle et ne devrait pas manquer d'indigner l'opinion publique. Selon un haut responsable à Washington, le président Barack Obama doit annoncer jeudi son intention d'imposer une taxe aux plus grandes sociétés financières du pays afin de récupérer entièrement les milliards de dollars versés par les contribuables pour sauver le système financier pendant la crise.
  • La déclaration présidentielle aura lieu à la veille de la publication des résultats de JPMorgan, première des grandes banques américaines à révéler ses chiffres pour 2009 et le montant des primes annuelles attribuées à ses employés. Selon le New York Times, les banques "se préparent à verser des bonus qui rivaliseront avec ceux des années fastes d'avant la crise", au risque de s'aliéner la population aux prises avec les retombées de la crise.
  • Récupérer "au plus" 120 milliards de dollars ?SELON LEPOINT.FR
  •  
  • Les pouvoirs publics, eux, multiplient les annonces de nature à calmer l'opinion. Les modalités de la taxe que devrait annoncer Obama sont encore floues. L'objectif affiché est de récupérer "au plus" 120 milliards de dollars. Ce chiffre correspond à la nouvelle estimation officielle de ce que pourraient être les pertes maximales de l'État au titre du plan de sauvetage des banques. Une chose est sûre, la taxe n'est pas pour tout de suite. Elle devrait figurer début février dans le projet de budget fédéral pour l'exercice 2010-2011 (qui commencera en octobre), et devra obtenir l'aval du Congrès, ce qui n'a rien d'acquis.
  • Au chapitre des annonces, la Compagnie d'assurance des dépôts bancaires américaine (FDIC) a indiqué mardi envisager de relever la prime d'assurance des banques pour tenir compte des "risques" posés par leur politique de rémunération. Hasard du calendrier ou pas, la banque centrale (Fed) a confirmé mardi également l'entrée en vigueur au 22 février de nouvelles règles durcissant la réglementation des cartes de crédit, afin de mieux protéger les consommateurs contre les abus des sociétés financières.
  • Les élus, devant qui les dirigeants de quatre des plus grandes banques du pays ont reconnu avoir mal agi avant la crise, ne sont pas en reste. Une commission parlementaire a lancé une procédure pour faire toute la lumière sur les conditions du sauvetage de l'assureur AIG en 2008, opération qui scandalise toujours l'opinion et dans laquelle a été impliqué le secrétaire au Trésor Timothy Geithner. Une autre commission du Capitole a annoncé une audition pour le 22 janvier consacrée à la rémunération dans les entreprises en général.
  •  
  •  
  •  
  •  

Commenter cet article