Port-au-Prince : des Haïtiens en colère barrent les rues avec des cadavres

Publié le par Denis-Zodo

 Des habitants de Port-au-Prince en colère ont bloqué jeudi certaines rues de la capitale avec des cadavres afin de protester contre le retard de l'assistance humanitaire, a rapporté un témoin. Shaul Schwarz, photographe pour le magazine Time,,reulayé par iemonde.fr. a dit avoir vu au moins deux rues barrées avec les cadavres de victimes du puissant tremblement de terre qui a frappé Haïti mardi. "Ils ont commencé à barrer les rues avec des corps, cela devient affreux ici, les gens en ont assez de ne pas obtenir de l'aide", a-t-il déclaré. Ces manifestations de mécontentement se sont exprimées alors que l'aide internationale commence à arriver dans la capitale haïtienne, toujours sous le choc du séisme qui a sans doute fait des dizaines de milliers de morts.

La Croix-Rouge haïtienne a évalué le nombre de tués entre 45.000 et 50.000 personnes, tandis que plus de trois millions d'autres - soit un tiers de la population du pays - ont été blessées ou sont sans abri. Selon les secouristes, le bilan des victimes devrait s'alourdir si les blessés ne bénéficient pas rapidement d'une assistance médicale. "Les prochaines 24 heures vont être décisives", a estimé Paul Cormier, officier des gardes-côtes américains et responsable d'un orphelinat à Haïti.

Des scènes de pillage ont été signalées dans le quartier de Delmas, l'une des principales artères de la capitale, où des gens ont pris du matériel électronique et des sacs de riz. D'autres ont été vus siphonnant de l'essence d'un camion-citerne abandonné. "Tous les policiers sont occupés à porter secours aux victimes ou à enterrer des membres de leur famille", a expliqué le patron d'une entreprise de tuilerie. "Ils n'ont pas le temps de faire des patrouilles dans les rues." Des cadavres jonchent les rues de la capitale et les gens sont obligés de porter des masques pour se protéger de la puanteur. Des camions récupèrent les corps des victimes et les conduisent à l'hôpital principal de Port-au-Prince, dont le directeur, Guy La Roche, a précisé que 1.500 cadavres s'entassent à l'extérieur de la morgue.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article