PEKIN :LES HOMOSEXUELS INTERDITS

Publié le par Denis-Zodo

.

 

Le premier concours de Mister Gay China devait se tenir ce vendredi soir à Pékin. Le gagnant devait s'envoler ensuite vers Oslo, au Gay World, pour porter haut les couleurs des homosexuels chinois.

C'est une première dans la capitale chinoise, peu accoutumée aux manifestations gays. Dans une salle de spectacle de Pékin, huit candidats défileront vendredi soir en vêtements sportswear et en maillot de bain. Ils devront se trémousser sur la piste de danse et faire admirer leur ramage lors d'une dernière épreuve de chant.

 

Jet est guide de voyage pour touristes gays échoués à Pékin. Il a acheté ses billets bien à l'avance. "J'ai pris deux places, pour mon copain et moi. A 100 RMB l'entrée (10 euros), ça vaut le coup d'oeil!" La salle qui accueille la compétition risque d'être pleine à craquer. "La communauté gay de Pékin attend ce moment avec impatience, confirme Jet, c'est le genre d'événements qui nous permet de souffler un peu et de nous faire accepter... Petit à petit."

Après trois années passées à Londres, Jet a créé son agence de guides en mars 2009. La première du genre. Son carnet de visites ne désemplit pas. Il faut dire que peu de guides traditionnels connaissent le Pékin gay aussi bien que lui. La clientèle se compose essentiellement de Français, d'Américains, de Brésiliens et de Britanniques qui raffolent, par exemple, des anecdotes sur les amours homos de l'empereur Qianlong (1711-1795) de la dynastie Qing. Depuis 2001, la Chine ne réprime plus pénalement les homosexuels et surtout ne les considère plus comme des malades mentaux. "On se sent certes plus libres, commente Jet, mais le principal obstacle à notre épanouissement reste la famille."

Pour Ben Zhang, l'organisateur du concours, "nous sommes encore nombreux à devoir cacher notre orientation sexuelle aux familles et parfois même aux amis proches." De leur côté, les autorités les laissent plus ou moins tranquilles, même si, la première Gay pride qui s'est tenue à Shanghai en juin 2009 a vu plusieurs de ses événements annulés à la dernière minute. Les organisateurs ont été contraints de célébrer l'homosexualité dans des lieux privés plutôt que de défiler dans la rue.

Dernière brimade en date, la polémique autour de l'inauguration d'un bar gay à Dali, petite ville du sud de la Chine, contraint de fermer avant même d'avoir ouvert. Sauf que dans ce cas, c'est l'opinion publique qui n'a pas supporté que la municipalité débloque 12 000 euros pour soutenir la création de ce bar, et n'a pas hésité à accuser les autorités de faire la promotion de l'homosexualité avec l'argent du contribuable. Mais les 30 millions d'homosexuels de Chine ne manquent pas de ressources puisque le 13 janvier dernier, deux hommes se sont symboliquement "mariés" dans un bar de Chengdu (Sichuan), faisant la couverture du quotidien officiel China Daily,reprise par libération.fr. Cependant, le Mister Gay China n'a pas invité les grands médias du pays, la discrétion reste encore la meilleure protection.

 

 

 

 

Publié dans société

Commenter cet article