Paul Kagamé : 'L'Afrique de l'Est a besoin de partenaires, mais pas de maîtres'

Publié le par Denis-Zodo

Trois mois après la visite de Nicolas Sarkozy à Kigali qui avait scellé la réconciliation franco-rwandaise, Paul Kagamé rend la politesse au président français par sa présence à Nice. C'est la première fois que le président rwandais, dont le régime autoritaire met en cause la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis de 1994, assiste à un sommet Afrique-France.

Kigali avait rompu avec Paris en novembre 2006 pour répliquer aux accusations du juge Bruguière visant le président Kagamé dans l'attentat contre l'avion de son prédécesseur, Juvénal Habyarimana qui, le 6 avril 1994, a marqué le début du génocide.

Jadis très hostile à la France, le président Kagamé est à Nice et tient à le faire savoir. Lundi 31 mai, avant même l'ouverture du sommet, il a répondu aux questions du Monde, du Figaro et de Libération.

Alors qu'il a choisi, à l'automne dernier, de faire adhérer son pays au Commonwealth, il semble vouloir aujourd'hui se rapprocher de la France pour compenser le désamour dont il fait l'objet dans le monde anglo-saxon. Les Etats-Unis qui, ces dernières années, ne tarissaient pas d'éloge sur les réussites économiques du Rwanda et sur sa stabilité, ont changé de ton à l'approche de l'élection présidentielle prévue le 9 août. Plusieurs candidats ne parviennent pas à se faire enregistrer. La secrétaire d'Etat adjointe chargée de l'Afrique , Johnnie Carson, a récemment stigmatisé, à l'approche du scrutin 'une série d'actions inquiétantes prises par le gouvernement du Rwanda, qui constituent des tentatives de restreindre la liberté d'expression'.

Comment répondez-vous à ces critiques des Etats-Unis ?

Ces propos ont été grossis démesurément et font sans doute allusion à la question de l'enregistrement des candidatures. C'est un processus qui obéit à des lois rwandaises. A l'étranger, on peut avoir une interprétation différente que nous ne partageons pas. Les élections vont avoir lieu de façon libre, transparente et pacifique, même si certains veulent déstabiliser le processus par des activités terroristes. Dans le passé, nous avons géré des situations plus difficiles

Source : lemonde.fr 

Publié dans Politique africaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samia Lamine 17/10/2011 09:23


Hi Denis, j'espère que tu te portes bien; On ne t'a pas oublié. Donne -nous de tes nouvelles.


Denis-Zodo 28/01/2016 17:18

merci samia

Denis-Zodo 28/01/2016 17:17

bonjour Samia cela un bout de temps que ,je ne suis pas allé sur ton blog.je vais le faire incessamment.

Denis-Zodo 14/01/2016 17:20

merci pour le soutien ,je suis passe sur ton blog.

Denis-Zodo 02/12/2015 14:22

avec le sommet du climat;les solutions vont peut être trouvées.cela est déjà fait sur le facebook..

Ch@rlie 02/06/2010 23:36


Merci pour tous les efforts que vous faites pour nous permettre de rester à la pointe de l'information politique africaine. En ce qui concerne Paul Kagamé, je crois personnellement qu'il agit comme
tout homme politique normal : il va là où ses intérêts politiques le mènent. J'espère seulement que ses intérêts coïncident avec ceux du peuple rwandais !


Denis-Zodo 26/01/2016 15:23

il va de soi.le president rouendwais veut rester au pouvoir .ce n,est pas l,homme providentiel

Denis-Zodo 18/01/2016 18:42

une réaction positive

Denis-Zodo 16/12/2015 12:09

mon rôle c,est de donner des informations ,pour un grand nombre de personnes