Ouverture de la conférence des donateurs pour Haïti: les Etats-Unis et l'UE s'engagent financièrement

Publié le par Denis-Zodo

 

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton ont ouvert mercredi la conférence des donateurs pour Haïti, appelant les pays présents à s'engager dans la reconstruction de la nation caraïbe dévastée par un puissant séisme en janvier.

"Je suis confiant que, d'ici la fin de cette journée, nous aurons réellement aidé Haïti sur la route d'un avenir nouveau et meilleur", a déclaré M. Ban, qui préside la conférence avec Mme Clinton et le président Haïtien René Préval, au siège de l'ONU à New York.

La conférence vise à obtenir 3,8 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros) des quelque 130 pays rassemblés, pour financer un programme de reconstruction sur les 18 prochains mois. Il ne s'agirait toutefois que d'une première étape, la facture totale de la reconstruction d'Haïti étant estimée à 11,5 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros).

Peu après l'ouverture de la conférence, Etats-Unis et Union européenne (UE) s'étaient engagés pour les deux tiers de la somme: Hillary Clinton a annoncé que les Etats-Unis verseraient 1,15 milliard de dollars (850 millions d'euros) sur les deux prochaines années tandis que la haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères Catherine Ashton a promis 1,24 milliard d'euros.

Le plan de reconstruction en 55 pages, dévoilé par le gouvernement haïtien, prévoit notamment une aide directe de 350 millions de dollars (258,5 millions d'euros) au budget de l'Etat, qualifiée de cruciale par le représentant par intérim de l'ONU en Haïti, Edmond Mulet.

"Il faut que Haïti réussisse", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine, affirmant que la conférence avait également pour objectif de soutenir le pays "de façon plus intelligente". Les dirigeants haïtiens doivent garantir une "reconstruction transparente", a-t-elle insisté, tandis que la communauté internationale doit changer ses vieilles habitudes en travaillant avec le gouvernement plutôt qu'en le contournant.

Le président haïtien René Préval, dont le mandat de cinq ans touche à sa fin, a demandé aux donateurs d'aider les neuf millions d'Haïtiens à pouvoir assurer leur propre avenir, tout en remerciant l'assistance pour l'aide fournie immédiatement après le séisme. "Rêvons à un nouvel Haïti dont le destin repose sur un nouveau projet en faveur d'une société sans exclusion, qui a vaincu la faim, où tous ont accès à un abri sûr et (...) aux soins de santé", a-t-il déclaré.

La somme récoltée mercredi sera gérée par la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (IHRC) afin de garantir aux bailleurs de fonds que l'argent soit utilisé à bon escient. Cette commission sera co-présidée par l'ancien président américain et envoyé spécial de l'ONU pour Haïti Bill Clinton et le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive, aux côtés de deux députés haïtiens, des autorités locales, des représentants des syndicats et des patrons locaux.

Y siégeront également les représentants des pays ayant engagé au moins 100 millions de dollars (74 millions d'euros) ou ayant réduit la dette d'Haïti de 200 millions de dollars, soit, pour l'heure, les Etats-Unis, le Canada, le Brésil, la France, le Venezuela, l'UE, ainsi que la Banque interaméricaine de développement, la Banque mondiale et l'ONU.

Selon Cheryl Mills, conseillère et chef du personnel d'Hillary Clinton, l'objectif est qu'Haïti prenne le relais de cette Commission mixte dans 18 mois.

Le puissant séisme de magnitude 7 qui a frappé Haïti le 12 janvier a fait de 217.000 à 300.000 morts, selon les sources, et 1,3 million de sans-abri qui vivent pour la plupart dans des conditions déplorables, faisant craindre des épidémies, une explosion de la violence, et de nouveaux drames alors qu'arrive la saison des pluies du Tropique.

Source : AP

 

Publié dans Economie

Commenter cet article

Claire-Marie Allègre 01/04/2010 10:15


Bonjour, je vous laisse ce commentaire afin de vous informer que je vous ai citez sur mon post que vous pouvez aller voir à cette adresse

http://www.lepost.fr/article/2010/04/01/2013961_haiti-oui-mais-a-quel-prix_1_0_1.html