Moscou suspend les livraisons de pétrole à la Biélorussie

Publié le par Denis-Zodo

La Russie a suspendu ses livraisons de pétrole aux raffineries biélorusses faute d'avoir trouvé un accord sur les prix pour 2010, mais le transit vers l'Union européenne n'est pas perturbé, rapportent des courtiers.

Deux courtiers de grandes compagnies pétrolières russes ont précisé que les livraisons de brut étaient suspendues depuis le 1er janvier.

L'Allemagne et la Pologne sont particulièrement attentives au contentieux entre Moscou et Minsk, après avoir subi des interruptions pour des raisons semblables en janvier 2007.

Les responsables européens reprochent souvent à la Russie d'utiliser ses ressources énergétiques comme levier politique et moyen d'intimidation de ses voisins, Ukraine et Biélorussie en tête. L'Europe importe 20% de son gaz de Russie, via ces deux pays, ainsi que d'importantes quantités de pétrole. Indique

 le quotidien lemonde.fr.

Moscou rétorque qu'il s'agit simplement d'une application progressive des règles du marché, après des années d'aide aux anciens pays du bloc soviétique, fournis en énergie à bas prix.

Selon deux courtiers russes, les deux raffineries biélorusses de Naftaz et Mozyr, où le brut est modifié avant d'être exporté, disposent de réserves suffisantes pour poursuivre leurs opérations pendant une semaine.

Ces réserves s'élèveraient à 450.000 tonnes environ.

DROITS DÉCUPLÉS

"En Biélorussie, ils disent que lorsque les vacances seront finies lundi, (le président, Alexandre) Loukachenko reviendra et décidera que faire", a dit une de ces sources.

La Biélorussie souhaite que la Russie lui livre du pétrole exonéré de taxes non seulement pour sa consommation domestique mais aussi pour l'export.

Face au refus russe et aux demandes de règlement de l'intégralité des droits de douanes, Minsk a menacé de multiplier par dix, à 45 dollars par tonne, les droits de transit via son territoire du pétrole russe vers la Pologne et l'Allemagne, ont ajouté les deux courtiers.

Une telle mesure entraînerait une forte augmentation du coût de livraison vers la Pologne et l'Allemagne et pourrait perturber fortement les flux pétroliers.

Des courtiers ont cependant dit espérer que la crise de janvier 2007 ne se reproduise pas. Des discussions se sont engagées samedi pour tenter de trouver un accord sur les tarifs de 2010.

Igor Diomine, porte-parole du monopole russe des oléoducs, Transneft, a déclaré ne pas avoir de nouvelles des pourparlers dimanche.

La Biélorussie reçoit 400.000 barils de brut chaque jour par l'oléoduc Droujba, une des plus grosses conduites pétrolières par sa longueur et sa capacité.

Ce même oléoduc est utilisé pour livrer environ 15% des besoins allemands en brut et presque trois quarts de la consommation polonaise.

 

Publié dans Economie

Commenter cet article