Mme Nétanyahou accusée de harceler sa bonne, la presse se déchaîne

Publié le par Denis-Zodo

Accusée d'avoir harcelé une ex-bonne, la femme du premier ministre israélien, Sarah Nétanyahou, était la cible, vendredi 22 janvier, d'attaques au vitriol des médias locaux.

Mme Nétanyahou est poursuivie en justice depuis le début du mois par son ex-femme de ménage, Liliane Peretz, qui lui réclame des dédommagements pour 'harcèlement moral'. Cette dernière, âgée de 44 ans, chargée de l'entretien de la résidence secondaire du couple Nétanyahou à Césarée, de 2004 à 2009, reproche à l'épouse du premier ministre de l'avoir humiliée, lui téléphonant à des heures indues et la forçant à travailler le jour du shabbat.

Sarah Nétanyahou est également accusée d'être une maniaque de la propreté, qui aurait obligé son ex-employée à changer de vêtements plusieurs fois par jour, tout cela pour un salaire de 3 000 shekels (570 euros) par mois. Le chef du gouvernement a aussitôt volé au secours de son épouse, affirmant cette semaine que les journaux avaient monté une cabale le visant à travers elle. Yahoo. Actualités s’implique.

Mais les grands médias israéliens ont redoublé leurs attaques contre le couple, rappelant d'autres affaires embarrassantes pour l'épouse du chef du gouvernement.

Le quotidien populaire Yediot Aharonot, qui a révélé l'affaire de Césarée, a carrément accusé le premier ministre de mentir : 'Nétanyahou sait qu'il ne dit pas la vérité quand il prétend que la presse s'en prend sans raison à Sarah et quand il nie que celle-ci s'immisce dans la gestion de son bureau'.

Son rival du Maariv enfonce le clou, écrivant que Sarah Nétanyahou fait la pluie et le beau temps dans le bureau du premier ministre. Elle aurait obligé, précise le journal, les convois officiels de son époux à se détourner de leur trajet pour la prendre au passage. Dans un portrait illustré par une grande caricature, le quotidien Haaretz décrit une femme intelligente, élevée dans une tradition familiale ultra-nationaliste, mais jalouse compulsive et souffrant de troubles du comportement. 'Dans d'autres circonstances, elle aurait fait une excellent députée (de droite) au lieu de harceler sa femme de ménage', ironise le journal de gauche.

          

Commenter cet article