Mitchell rencontre Nétanyahou pour lancer les 'négociations indirectes'

Publié le par Denis-Zodo

L'émissaire américain pour le Proche-Orient George Mitchell doit rencontrer, mercredi 5 mai en fin d'après-midi, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, en vue du lancement de pourparlers indirects entre Israéliens et Palestiniens. L'enjeu est de taille car les négociations directes sont bloquées depuis fin 2008. Cependant, aucun des deux camps ne semble croire à leur succès. George Mitchell rencontrera ensuite vendredi le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah (Cisjordanie).

Mardi, le département d'Etat américain, très prudent, a dit espérer un début 'formel' cette semaine du dialogue entre Israéliens et Palestiniens. En Israël, des voix discordantes se font entendre. Un responsable israélien, cité par le quotidien Yedioth Aharonot, a expliqué que le gouvernement était prêt à lancer ses discussions. Mais d'autres responsables n'ont pas caché leur scepticisme. Ainsi, le vice-premier ministre Dan Meridor, un des dirigeants du parti Likoud (droite), estime que les négociations indirectes, dites de 'proximité', sont d'ores et déjà vouées à l'échec. 'Elles ne mèneront à rien', a-t-il prédit dans une interview au quotidien anglophone Jerusalem Post. 'J'espère qu'elles aboutissent, mais je ne le pense pas. Chacun des camps va vouloir attirer les Américains sur son propre terrain, ce qui aura l'effet contraire et va en fait éloigner les parties', a ajouté le ministre chargé des renseignements et du nucléaire, considéré comme un modéré au sein de la coalition de droite au pouvoir. Selon lui, seules des négociations directes ont une chance d'aboutir.

Sur le fond, des divergences fondamentales persistent sur les dossiers-clés : tracé des frontières du futur Etat palestinien, statut de Jérusalem, avenir des colonies juives de Cisjordanie et droit au retour des réfugiés palestiniens. Les Palestiniens maintiennent notamment l'exigence d'un gel total de la colonisation juive, notamment à Jérusalem-Est

Source : lemonde.fr

Commenter cet article