Les ventes de General Motors, Ford et Chrysler reculent aux Etats-Unis

Publié le par Denis-Zodo

 

La pire année depuis 1982. En 2009, les immatriculations de voitures neuves aux Etats-Unis ont reculé de 21 %, à 10,4 millions d'unités. Contrairement au marché européen, la prime à la casse, qui n'a duré qu'un mois, n'a pas eu d'effet. General Motors (GM), le premier constructeur américain désormais nationalisé, a vu ses ventes chuter de 30 % sur un an (2 millions de véhicules). Le constructeur a mis ses mauvais chiffres sur le compte de l'arrêt progressif des marques Pontiac et Saturn, ainsi que sur l'interruption des offres promotionnelles destinées à augmenter ses ventes. Chrysler, le plus petit des "Big Three", racheté par l'italien Fiat, a lui aussi continué de souffrir : entre 2008 et 2009, ses ventes ont encore chuté de 30 %. De son côté, Ford, le seul constructeur à n'avoir pas été renfloué par l'Etat américain, a vu, lui, ses ventes annuelles chuter de 15 % mais il a enregistré un bond de 32,8 % sur le seul mois de décembre, un "sommet depuis mai 2008", selon Ken Czuby, le directeur des ventes. La part de marché de Ford a même augmenté de 1 point sur l'ensemble de l'année (15 %), ce qui n'était pas arrivé depuis 1995. "Nous sommes optimistes pour 2010", a déclaré M. Czuby. Les constructeurs asiatiques - Toyota, Hyundai, Nissan... - continuent, eux, de gagner des parts de marchés. En décembre, ils pesaient autant que les américains, et même davantage sur l'ensemble de l'année 2009 (47,2 % contre 44,2 %), selon le cabinet Auto Data, indique le Monde.

Publié dans Economie

Commenter cet article