Les patrons français les moins confiants d’Europe

Publié le par Denis-Zodo

  •  
  • Selon l’étude semestrielle du quotidien économique allemand Handelsblatt, les dirigeants européens seraient globalement plus confiants. La France, elle, reste à la traîne.
  • Si les patrons européens semblent entrevoir le bout du tunnel, les Français sont plus prudents. Ils ne sont que 53% dans l’Hexagone à regarder vers l’avenir avec optimisme, à peine plus qu’en juin (51%). C’est le niveau le plus faible en Europe aujourd’hui. Ainsi conclut l’étude «Handelsblatt Business Monitor», menée par le quotidien économique allemand Handelsblatt, qui a sondé le moral des chefs d’entreprises de cinq pays –France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Suisse – ces six derniers mois.                                                                                                                                 
  • A l’échelle européenne, le regain de confiance est palpable : 54% des dirigeants interrogés jugent la situation actuelle des entreprises «bonne» (10%) ou «plutôt bonne» (44%). Une progression de 17 points par rapport aux résultats de juin dernier. L’avenir aussi leur apparaît plus rose. Les patrons européens pensent à 69% que la situation va «s’améliorer» ou «rester bonne». Un tel optimisme n’avait plus été vu depuis juin 2007, selon le Handelsblatt.
  • La France plus morose
  • L’amélioration générale masque toutefois des disparités entre les six pays concernés par l’étude. Les Suisses et les Allemands tirent largement la moyenne européenne. Ainsi, seulement 46% des patrons français sont satisfaits de la situation actuelle de leur entreprise, contre 86% des Suisses et 75% des Allemands. Les Italiens sont les plus insatisfaits (33%).
  • La prudence des dirigeants français n’est pas une surprise. L’Insee a annoncé mi-décembre que l’indicateur synthétique du climat des affaires s’était établi à 89 points, en baisse d’un point par rapport à novembre. La moyenne longue période se situe à 100 points. «Les perspectives personnelles de production sont moins bien orientées qu’en novembre. Les industriels anticipent ainsi un léger ralentissement de l’activité au cours des prochains mois», selon l’Insee.
  • Pourtant, tout n’est pas noir du côté de l’Hexagone. Handelsblatt note que les Français s’attendent à une progression moyenne du chiffre d’affaires de 5,1% pour 2010, contre une prévision de hausse de 4,4% pour les Européens et de 3,9% pour les Allemands.
  • Paris pour demain
  • En Europe, on veut croire à la sortie de crise. Les envies d’investissement sont bel et bien de retour. Ainsi, 33% des dirigeants européens comptent investir davantage dans l’année qui vient, Suisses, Allemands et Français en tête. L’Italie est plus hésitante. Seulement 27% des dirigeants italiens se disent prêts à accroître leurs investissements. Les Britanniques, quant à eux, se démarquent sur le front de l’emploi. Ils sont les seuls à vouloir, en majorité, embaucher cette année. Enfin, les chefs d’entreprise européens voient la menace du «credit crunch» s’éloigner à grands pas. Ils ne sont plus que 42% à craindre un «fort effet de la crise sur l’offre de crédit», contre 68% en juin. En revanche, tous s’attendent à une hausse des taux

Publié dans Economie

Commenter cet article