les espagnoles refusent les soins aux clandestins afrricains

Publié le par Denis-Zodo

 

 La ville espagnole de Vic, en Catalogne, a l'intention de refuser aux immigrés clandestins le bénéfice des soins médicaux, initiative condamnée par les groupes de défense des droits de l'homme et qui lui vaut une épreuve de force avec le gouvernement.

La municipalité de Vic entend cesser d'enregistrer comme résidents les immigrés - soit environ le quart de ses 40.000 habitants - s'ils ne sont pas en possession d'un visa.

En principe, même les immigrés en situation irrégulière sont autorisés à se faire enregistrer par les municipalités espagnoles, ce qui leur donne accès aux services de santé publique et, après un délai minimum de trois ans, leur permet de demander un visa pour résider légalement en Espagne.

Le gouvernement socialiste de Madrid a condamné le projet de Vic, estimant qu'il violait les droits fondamentaux des étrangers non enregistrés et menaçant de s'y opposer devant les tribunaux s'il était mis à exécution. rapporté par l'agence reuters.

"C'est illégal et j'espère que l'administration municipale de Vic agira dans le respect de la loi", a dit Consuelo Rumi, secrétaire d'Etat à l'Immigration et à l'Emigration.

Le gouvernement espagnol a toutefois lui-même durci son attitude en matière d'immigration depuis que la crise économique s'est abattue sur le secteur du bâtiment, qui employait des centaines de milliers d'étrangers.

APPLICATION EN FÉVRIER

Devant la montée fulgurante du chômage, qui frôle les 20%, le gouvernement a réduit de plus de 90% le nombre des permis de travail octroyés, durci les conditions régissant les visas accordés aux familles d'immigrés et lancé un programme - peu fructueux jusqu'ici - de rapatriement des immigrés sans emploi.

L'administration municipale de Vic, où est représentée la branche catalane du Parti socialiste, espère mettre son projet en application en février.

Les groupes de soutien aux immigrés accusent les socialistes de Vic et leurs partenaires d'agir en désespoir de cause pour tenter d'enrayer l'essor d'une petite formation d'extrême droite, la Plafaforma per Catalunya, arrivée en deuxième position aux dernières élections locales.

Mauricio Valiente, de la Commission espagnole pour l'assistance aux réfugiés (CEAR), estime que la stratégie municipale se retournerait contre ses instigateurs et légitimerait la Plataforma, qui veut faire interdire l'immigration des musulmans. Une grande partie de la population d'origine étrangère de Vic vient d'Afrique du Nord.

Le Parti populaire espagnol (droite), qui milite pour un contrôle plus strict de l'immigration, a lui aussi condamné les projets de Vic en les jugeant illégaux. Mais il a noté que les motivations de la ville étaient en partie économiques parce qu'elle avait du mal à payer les services sociaux en période de récession grave.

 

 

Commenter cet article