Les "chemises rouges" veulent gagner le coeur de Bangkok

Publié le par Denis-Zodo

Plusieurs milliers de militants de l'opposition ont envahi samedi les rues de Bangkok pour tenter de rallier la population de la capitale thaïlandaise à leur mouvement antigouvernemental.

Les "chemises rouges", partisans de l'ancien chef du gouvernement Thaksin Shinawatra qui manifestent depuis une semaine pour obtenir la dissolution du parlement et des législatives anticipées, ont distribué des tracts portant le slogan "Nous aimons les Bangkokiens" tandis qu'une cohorte de vélomoteurs et de camionnettes chargées de manifestants défilait à faible allure, paralysant la circulation.

La procession, qui a débuté à 10h00 (03h00 GMT), devait s'achever à 18h00 au terme d'un parcours de 46 km, selon les organisateurs.

Majoritairement composées de militants venus des zones rurales, les "chemises rouges" espèrent convaincre les classes moyennes de la capitale, les fonctionnaires, les soldats et les policiers de se joindre à leur lutte contre les élites.

Les manifestants estiment avoir été privés de leur droit de vote par les élites urbaines, l'armée et les royalistes qui ont formé une alliance de raison pour évincer du pouvoir les alliés de Thaksin en 2008.

Les analystes émettent toutefois des doutes sur l'aptitude des manifestants à parvenir à leurs fins alors que la mobilisation s'essouffle après avoir atteint un pic dimanche dernier, avec 150.000 personnes.

ABHISIT PRÊT AU DIALOGUE

Des milliers de manifestants ont déjà regagné la province mais les organisateurs du mouvement assurent que plusieurs dizaines de milliers d'opposants sont toujours dans la capitale et que les rassemblements perdureront encore au moins pendant deux semaines.

Suchart Techaposai, analyste pour Citigroup, estime qu'en aucun cas le mouvement de protestation ne semble en mesure "d'obtenir un soutien massif pour renverser le gouvernement d'Abhisit Vejjajiva".

Le Premier ministre, qui s'est réfugié sur une base militaire le temps que durera le mouvement de protestation, estime que le pays est trop divisé pour que puissent être organisées aujourd'hui des élections anticipées.

S'exprimant à la télévision, il s'est déclaré prêt au dialogue avec les opposants tout en soulignant que Thaksin ne devait jouer aucun rôle.

"Ma question est! Quel est le point de vue des 'chemises rouges'? La démocratie ou Thaksin ? Si la réponse est la démocratie, nous pouvons parler", a déclaré Abhisit.

Thaksin, très populaire dans les zones rurales, a été démis du pouvoir en 2006. Il a ensuite fui le pays pour échapper à une condamnation à deux ans de prison pour corruption, mais ses alliés ont gouverné deux ans encore après son renversement.

Abhisit et ses alliés ont remporté les dernières élections législatives, en 2008, en profitant de la dissolution par la justice du parti des alliés de Thaksin.

Ce dernier s'est réfugié cette semaine au Monténégro, dont il a obtenu la nationalité

Source : Reuters
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article