Le Proverbe du Week-end

Publié le par Denis-Zodo

« Si la chèvre veut avoir une progéniture, elle doit éviter de côtoyer la panthère », dit un proverbe africain. Un autre proverbe africain qui dit presque la même chose, mentionne que « c’est le petit serpent qui se cache qui grossit et prend de l’âge ».

 

Si la chèvre qui veut avoir une progéniture reste toujours aux côtés de la panthère, celle-ci pourra en faire une proie un jour, s’il s’avère qu’elle a faim.

Quant au serpent qui reste toujours dehors, il risque de ne pas avoir la chance de grossir, parce que le sachant très dangereux, en raison de son venin mortel, des humains pourraient lui porter le coup de grâce.

Comme quoi, quand tu te fais petit, Dieu (pour ceux qui y croient) ou la nature te fait grand. Il n’y a pas mieux que l’humilité.

Revenons à ces hommes, pour ne pas dire ces chefs d’Etat africains, dictateurs sur les bords, et qui veulent faire la pluie et le beau temps dans leurs pays respectifs. En premier, le capitaine Moussa Dadis Camara, le chef de la junte guinéenne qui est à présent hospitalisé à Rabat au Maroc, depuis le coup fatal que son ex aide de camp en fuite, le lieutenant Toumba Diakité lui a infligé le 3 décembre dernier à Conakry. Il avait dévié de sa mission première qui était d’organiser des élections claires dans son pays, en remettant les rênes du pouvoir aux civils. Mais il a vite défié la population, aspirant à se porter candidat contre la volonté du peuple qu’il présentait comme son soutien. Aujourd’hui, il est peu sûr qu’il revienne en fonction, les blessures à la tête ayant été apparemment très graves.

Pour ce qui est du président Mamadou Tandja du Niger, dont les deux mandats ont pris fin le 22 décembre dernier selon la Constitution, et qui, par référendum, a prorogé son mandat de trois ans encore, on peut dire qu’il a décidé de se poser comme un vrai dictateur qui n’en fait qu’à sa tête. Il a certainement oublié qu’il existe de nombreux revanchards au sein de son armée. Malam Wanké, qui a dirigé la transition militaire en 1999, après avoir assassiné le têtu Ibrahima Barré Maïnassara, lui-même arrivé au pouvoir par coup d’Etat militaire, devrait servir de conseils à l’homme fort de Niamey. On peut défier tout le monde sauf le peuple. Tandja, il faut le reconnaître, est en train de commettre la plus grosse erreur de sa vie. Non seulement il vient d’attirer sur lui et le pays qu’il dirige, les regards de tous, mais il risque de se faire emporter par un furieux soldat. Parce que son attitude est jugée incompréhensible par tous, même si la France officielle reste bouche bée. Intérêts obligent ! En voulant être super grand, il finira par être super petit comme le Capitaine guinéen Dadis Camara. Hélas !!!

 

 

Publié dans Proverbe

Commenter cet article