Le nuage de cendres volcaniques affecte des vols au Maroc, en Espagne et en Turquie

Publié le par Denis-Zodo

Cinq aéroports marocains -Casablanca, Rabat-Salé, Tanger, Tétouan et Essaouira- ont été fermés dans l'après-midi pour "garantir un niveau de sécurité maximum pour les passagers", a précisé l'Aviation civile marocaine.
Les aéroports du pays n'avaient pas été affectés le mois dernier lorsque l'éruption volcanique en Islande, le 14 avril, avait entraîné une suspension d'au moins cinq jours du trafic aérien en Europe.
Le nuage de cendres volcaniques a également eu des répercussions en Espagne, mardi, entraînant la fermeture des aéroports dans les îles Canaries de Tenerife, Palma et Gomera. Des dizaines de vols touristiques ont été affectés. En Espagne, les aéroports de Séville et de Jerez dans le sud et de Badajoz dans l'est ont fermé.
L'Espagne a aussi maintenu des restrictions pour les vols à une altitude comprise entre 20.000 pieds (environ 6.000m) et 35.000 pieds (environ 10.600m), affectant principalement les vols transatlantiques en provenance ou en direction d'autres pays européens. Jusqu'à 20 aéroports espagnols, dont la plate-forme internationale de Barcelone, avaient dû fermer ce week-end en raison du nuage volcanique.
En Turquie, des vols ont été suspendus pendant plusieurs heures mardi après-midi pour la même raison dans la Thrace, une région à l'ouest d'Istanbul et le détroit des Dardanelles au sud-ouest de la ville. Deux aéroports d'Istanbul sont restés ouverts, mais des vols internationaux en provenance d'Europe devaient être affectés par cette suspension.
Ailleurs, les cendres volcaniques au milieu de l'Atlantique Nord, qui avaient causé de sévères suspensions de vols au cours du week-end- se dispersaient, réduisant les retards et la nécessité de dérouter des vols transatlantiques, selon Eurocontrol, l'agence de contrôle du trafic aérien.
Environ 29.000 vols étaient assurés mardi en Europe, soit un trafic quasi normal pour cette période de l'année, d'après Eurocontrol.
Tant que l'éruption volcanique se poursuivra dans le sud de l'Islande, le trafic aérien en Europe sera fortement affecté par la façon dont les vents charrient les cendres, préviennent les météorologues.
Source : AP

Publié dans Environnement

Commenter cet article