Le nouveau traité Start pourrait être signé à Prague

Publié le par Denis-Zodo

 

Les présidents Dmitri Medvedev et Barack Obama ont l'intention de signer à Prague le nouvel accord Start sur la réduction des arsenaux nucléaires de la Russie et des Etats-Unis, annonce le cabinet du président tchèque.

Selon un porte-parole de Vaclav Klaus, l'ambassadeur de Russie à Prague a informé le président tchèque qu'une date avait été fixée et serait annoncée plus tard. Klaus en a accepté le principe, a précisé le porte-parole.

La Russie et les Etats-Unis négocient depuis près d'un an un nouveau traité de réduction de leurs arsenaux nucléaires destiné à remplacer Start 1, qui a été signé en 1991 et est arrivé à expiration en décembre dernier.

"Nous sommes sur le point de signer un accord sur le traité Start mais il n'y aura pas d'accord tant que le président Obama et son homologue Medvedev n'auront pas eu l'occasion de se parler", a dit à Washington Robert Gibbs, porte-parole de la Maison Blanche.

"Tous les documents requis pour la signature de Start ont fait l'objet d'un accord", a indiqué pour sa part à Moscou un représentant du Kremlin qui a requis l'anonymat.

Selon lui, Barack Obama et Dmitri Medvedev devraient décider d'une date pour la signature du traité. Prague est la ville pressentie pour accueillir la cérémonie de signature.

Un responsable de la Maison blanche a confirmé sous le sceau de l'anonymat que des discussions avaient eu lieu avec la République tchèque. La signature pourrait symboliquement avoir lieu à une date proche du premier anniversaire du discours d'Obama dans la capitale tchèque, prononcé le 5 avril 2009, sur sa vision d'un monde dénucléarisé.

Des sources diplomatiques, citées mercredi par le journal tchèque Hospodarske Noviny, rapportent que la cérémonie de signature pourrait avoir lieu aux alentours des 7 et 8 avril, dates d'une visite de Dmitri Medvedev en Slovaquie voisine.

Le nouveau traité représente un aspect important des efforts mis en oeuvre pour relancer les relations entre les Etats-Unis et la Russie, mises à mal lors de la précédente décennie.

Les deux pays espèrent que la réduction des deux plus grands arsenaux nucléaires du monde enverra un signal aux autres pays et permettra d'endiguer la prolifération des armes nucléaires

Source : Reuters
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article