La présidentielle pourrait avoir lieu entre octobre et décembre

Publié le par Denis-Zodo

  

 

Sans cesse reporté depuis 2005, le premier tour de l'élection présidentielle ivoirienne devrait finalement avoir lieu entre le 11 octobre et le 6 décembre prochain, selon l'ambassadeur de la Côte d'Ivoire à l'ONU, Ilahiri Djédjé.

Le premier tour de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire aura lieu entre le 11 octobre et le 6 décembre, a annoncé mardi au Conseil de sécurité l'ambassadeur ivoirien à l'ONU, Ilahiri Djédjé.

"Le processus de paix en Côte d'Ivoire n'est pas dans l'impasse, la décision politique a été prise, le premier tour de l'élection présidentielle aura lieu pas plus tard que le 6 décembre 2009", a déclaré M. Djédjé.

Il a précisé que la Commission électorale indépendante (CEI) avait communiqué au président Laurent Gbagbo un calendrier prévoyant la tenue du scrutin entre le 11 octobre et le 6 décembre 2009.

"La date exacte de l'élection sera choisie à l'intérieur de cette période et annoncée par le président Gbagbo dans les prochains jours", a précisé l'ambassadeur ivoirien.

L'opposition ivoirienne a immédiatement affiché sa réserve.

"La CEI ne nous a encore rien dit concernant les dates. Si (M. Djédjé) avance ces dates-là, cela n'engage que lui", a déclaré Niamkey Koffi, porte-parole de l'ancien chef de l'Etat Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI, ex-parti unique).

Ally Coulibaly, porte-parole du Rassemblement des républicains (RDR) de l'ex-Premier ministre Alassane Ouattara, a également jugé la déclaration de l'ambassadeur "sujette à caution".

M. Gbagbo avait lui-même affirmé que l'élection, sans cesse reportée depuis 2005, se tiendrait cette année, dans un discours prononcé vendredi à Bonikro (centre).

A l'ONU, M. Djédjé a indiqué que 6.081.625 électeurs avaient été recensés sur un potentiel de 8,6 millions. "Nous espérons compléter le processus de recensement de la quasi-totalité des électeurs d'ici à la mi-juin", a-t-il dit, appelant l'ONU à "ne pas se laisser décourager" par les retards successifs subis par le processus électoral.

Mais le représentant de l'ONU en Côte d'Ivoire, Choi Young-jin, s'est montré quelque peu circonspect. "L'élan en faveur d'une élection très prochaine semble avoir considérablement faibli", a-t-il estimé, en raison du "changement de priorité politique" parmi les protagonistes de l'Accord interivoirien de Ouagadougou.

L'accord complémentaire "Ouaga IV" conclu en décembre a en effet "inversé l'ordre des priorités, plaçant la réunification du pays avant l'élection", a-t-il expliqué.

Selon "Ouaga IV", la réunification doit être achevée au moins deux mois avant l'élection. Or, a souligné Choi Young-jin, "des éléments critiques de la réunification, comme le transfert d'autorité des ".

"A l'heure actuelle, les perspectives d'une réunification et d'élections rapides ne peuvent pas être décrites comme encourageantes".

.

Souce :France24.com

Publié dans Politique ivoirienne

Commenter cet article