La Polynésie française frappée par un cyclone

Publié le par Denis-Zodo

 

  Tahiti et Moorea, deux îles qui concentrent la majorité de la population polynésienne, ont été placées en alerte rouge. Jeudi après-midi, Oli est passé en catégorie 4.

 

Oli grossit. Le cyclone doit passer jeudi au sud de Tahiti et Moorea, deux îles de Polynésie française, dans l'Océan Pacifique, qui ont été placées en alerte rouge. D'abord classé en catégorie 1, le cyclone a atteint jeudi après-midi la catégorie 4 sur l'échelle de Saffir-Simpson, qui en compte cinq.

«Le maximum de puissance sera atteint à 5h00 (15h00 à Paris); Oli a un peu incurvé sa route et passera donc plus au Sud de Tahiti que prévu, mais en même temps il se renforce», a prévenu Eric Spitz, secrétaire général du Haut-commissariat, représentant de l'Etat en Polynésie. «On attend des vents de 110 km/h et des rafales à 150 km/h, et des creux de 7 à 8 mètres en mer», a-t-il Les mairies de Tahiti et Moorea, qui concentrent la majorité de la population polynésienne, ont commencé mercredi soir (heure locale) l'évacuation des populations les plus exposées. Il s'agit en particulier des habitants des bords de mer et des embouchures de rivières, où plusieurs habitations ont déjà été inondées. Plus de 400 personnes des côtes nord et ouest de Tahiti ont convergé vers les hauteurs de l'île.

En-dehors des évacuations, les autorités ont interdit la circulation sur les deux îles depuis 21h00 (jeudi 08h00 à Paris). Les touristes qui devaient prendre un avion dans la journée à Bora Bora, près de 700 selon la mairie, ont tous été rapatriés dans des hôtels.

L'armée en alerte

Oli, qui est déjà passé à proximité des îles de Bora Bora, Maupiti et Raiatea, dans l'archipel des Iles Sous-le-Vent, a détruit plusieurs habitations, sans faire de victimes à part quelques blessés légers. Le cyclone était alors de moindre intensité. «Des pontons ont été détruits, un autre a coulé, des poteaux électriques ont aussi été arrachés et nous n'avons plus d'électricité», a déclaré Dominique Goche, adjoint au maire de Raiatea. L'alerte orange est par ailleurs maintenue dans les archipels des Australes et des Tuamotu, vers lesquelles Oli se dirige. Il est conseillé aux habitants de se tenir informé, de disposer de provisions d'eau et d'aliments pour deux jours et de protéger toitures et baies vitrées ajouté. D'après Météo Consult, les rafales à Tahiti pourraient même atteindre les 200 km/h.

L'armée a mis à l'abri deux de ses navires dans une baie protégée et l'un de ses avions a été déplacé aux Marquises, l'archipel de Polynésie française le plus à l'Est de Tahiti, pour être à l'abri du cyclone et prêt à intervenir. La ministre de l'outremer, Marie-Luce Penchard, en visite à Papeete depuis dimanche à indiqué qu'elle modifiait complètement son programme. «Les avions ne décollent plus, je partirai au plus tôt vendredi matin», a-t-elle indiqué depuis le PC de crise du Haut-commissariat. «Il y a beaucoup d'habitats insalubres, et je suis très inquiète pour ces familles», a-t-elle observé. La ministre a également déclaré que «si demain il y a des dégâts très importants», elle se rendra sur place pour voir ensuite comment l'Etat peut aider la Polynésie».

Source : lefigaro.fr

 

Commenter cet article