La crise est rampante

Publié le par Denis-Zodo

Crise monétaire, financière et économique  fait des ravages dans des pays fragiles. Le déficit inquiète.

La croissance française, la plus forte depuis le troisième trimestre 2007, contraste avec les chiffres moins bons que prévu annoncés par ses partenaires de la zone euro : 0,0% pour l'Allemagne, -0,1% en Espagne, -0,2% en Italie et au total +0,1% seulement pour les 16 pays de la zone alors que les économistes anticipaient en moyenne +0,3%.

En France, les économistes prévoyaient en moyenne +0,5% mais une consommation des ménages en hausse de 0,9% et une contribution positive de 0,9 point des variations de stocks ont permis de dépasser le consensus.

Or la consommation des ménages reflète surtout le succès de la "prime à la casse", dispositif appelé à disparaître par étapes en 2010, tandis que l'effet stocks tient seulement à un moindre déstockage des entreprises.

"Au-delà du marketing, la magie s'arrête. Hors stocks, il faut malheureusement souligner que le PIB français a reculé de 0,3% au quatrième trimestre", calcule Marc Touati, économiste chez Global Equities.

La statistique confirme en revanche une décélération des exportations au quatrième trimestre (+0,5% après +1,8% au troisième) et montre que l'investissement des entreprises non financières, essentiel pour la croissance future, a baissé pour le septième trimestre consécutif.

Sur l'ensemble de 2009, les dépenses d'équipement ont ainsi chuté de 7,7%, un chiffre à mettre au regard d'un taux d'utilisation des capacités industrielles tombé à 73%.

"C'est là que réside le point faible de la reprise", observe Marc Touati. "Car tant que l'investissement des entreprises restera aussi déplorable, le cercle vertueux investissement-emploi-consommation ne pourra pas se mettre en place".

UN DÉBUT 2010 DIFFICILE

"Il n'existe aucun moteur autonome de croissance pour l'économie française", renchérit Nicolas Bouzou, chez Asterès.

"Relâchez la politique économique - ce qu'il faudra bien faire compte tenu du coût de ces politiques pour les finances publiques - et l'activité s'effondre de nouveau", ajoute cet économiste pour qui la croissance ne dépassera pas 1% en 2010.

Même avec un effet stocks encore favorable, la croissance de 0,6% sera difficile à rééditer au premier trimestre.

 

 

 

 

Publié dans Economie

Commenter cet article