Incarcéré après une plaisanterie dans un avion

Publié le par Denis-Zodo

 

 

 

Un Français de 66 ans a été arrêté mardi dans un avion lors d'une escale aux Emirats après un incident qualifié d'anodin par ses proches et se trouvait depuis incarcéré à la prison centrale d'Abu Dhabi, a-t-on appris samedi auprès du ministère français des Affaires étrangères.

Jean-Louis Lioret, un retraité français qui se rendait de Paris à Bangkok via Abu Dhabi par un vol de la compagnie émiratie Etihad Airways, a été arrêté pour avoir plaisanté avec son voisin de cabine en employant le mot "bombe", ce qui aurait effrayé le personnel de bord, selon son frère, Michel Lioret.

"Il était à bord du vol Abu Dhabi-Bangkok, qui allait partir après une escale. Son voisin lui a demandé de mettre un paquet à côté de lui, où il y avait de la place. Il a dit en plaisantant, 'j'espère que ce n'est pas une bombe' et cela a paniqué le personnel de bord qui a alerté la sécurité", a déclaré Michel Lioret, qui a pu s'entretenir brièvement avec son frère samedi.

"Il a été descendu de l'avion, a été interrogé par des policiers, à qui il a tenté d'expliquer qu'il ne faisait qu'une plaisanterie et que le paquet en question ne contenait que des cigarettes, mais il s'est retrouvé en prison", a-t-il poursuivi.

 

"Une visite aura lieu dès que possible"

A Paris, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que son ambassade à Abu Dhabi avait été informée vendredi de cette arrestation et suivait attentivement la situation.

"Notre ambassade s'est saisie du dossier. Notre section consulaire est en contact avec les autorités émiraties et les a informé que notre compatriote était sous protection consulaire", a-t-on indiqué au Quai d'Orsay. Informe L’express.fr

Jean-Louis Lioret "est à la prison centrale d'Abu Dhabi. Une visite aura lieu dès que possible", a-t-on ajouté de même source.

Selon des proches de Jean-Louis Lioret, le voisin de cabine de ce dernier aurait aussi été interpellé, mais on ignorait samedi sa nationalité et s'il avait été maintenu ou pas en détention.

Depuis l'attentat manqué du 25 décembre à bord d'un avion au dessus des Etats-Unis, les contrôles ont été renforcés dans les aéroports du monde entier et les compagnies aériennes appliquent parfois de façon drastique ces nouvelles consignes de sécurité.

 

 

 

Publié dans société

Commenter cet article

Philippe 17/01/2010 20:34


Quelques déductions s'imposent...

Il est fort probable que Papi Lioret ait fait sa blague en Français (ne serait-ce qu'au vu du % de nos compatriotes qui parlent une langue étrangère...)

Quand on apprend la langue d'un pays - quelle que soit la langue et quel que soit le pays - on apprend aussi les rudiments de sa culture. Or, l'humour fait partie de notre culture.

Ainsi, si l'équipage de bord avait compris sa phrase française, il aurait du comprendre qu'il ne s'agit que d'une plaisanterie et éventuellement lui signaler le mauvais goût de celle ci.

J'ajouterai aussi que dans ce cas, l'équipage ayant compris, n'aurait peut-être pas apprécié, mais n'aurait pas flippé (ou alors ils sont complètement crétins...)

Cependant, le cas le plus probable est que le seul mot que l'équipage ait saisi de son discours soit le mot "bombe".

Or, à l'oral, il y a plein de mots Français, sans rapport avec une blague quelconque, qui peuvent sonner comme "bombe".

Exemple : Pour un non francophone, comment faire la différence entre:

"Bon Béatrice, tu me files un bonbon ?"

et

"BOMBE et atrice, TUE me files un BOMBE on"

Et voila comment le mari de Béatrice passerait pour un terroriste tueur récidiviste ! 0% mauvaise blague inside, et pourtant...

Dans tous les cas, c'est grave d'en arriver la, et cela confirme ce que je dis souvent : Les terroristes ont DEJA gagné en ayant réussi à ... terroriser le monde !

Cessons donc de nous laisser terroriser, et rions, rions, rions !


Denis-Zodo 17/01/2010 22:31


Toute une reflexion. les responsables français oublient souvent leur travail. la langue est un vrai obstacle.messieurs les diplomates , c'est un appel de M philippe,
merci de votre contribution.