Grippe A (H1N1) en Angleterre : dix fois plus d'enfants infectés qu'on ne le pensait

Publié le par Denis-Zodo

  Alors que l'épidémie de grippe A (H1N1) ne cesse de décroître en France, le nombre d'enfants infectés par le virus de la grippe A (H1N1) en Angleterre aurait été finalement beaucoup plus élevé qu'on ne le pensait, selon un étude britannique publiée en ligne jeudi matin par The Lancet . Réalisée par Elizabeth Miller et ses collègues du Health Protection Agency Center for Infections à Londres sur des échantillons de sang prélevés dans la population, elle montre qu'après la première vague épidémique dans cette ville, l'été dernier, le nombre d'enfants présentant des anticorps contre ce virus (preuve qu'ils ont été en contact avec lui) était dix fois plus élevé que le nombre de grippes déclarées. La depeche devoilée par lemonde.fr.

L'étude a d'abord été faite sur 1.403 échantillons de sang prélevés dans la population anglaise en 2008, donc avant l'épidémie de grippe A (H1N1), puis sur 1.954 échantillons prélevés en août-septembre 2009, après la première vague épidémique. Pour mémoire, il y a eu, dès juillet 2009, un premier pic particulièrement fort à Londres et d'intensité moyenne dans les West Midlands (autour de Birmingham, deuxième ville du pays). Ce pic a été mineur dans le reste de l'Angleterre. L'épidémie a repris ensuite en octobre. En 2008, avant l'épidémie, la proportion de personnes présentant déjà un taux significatif d'anticorps contre le virus A (H1N1) était très faible chez les plus jeunes (environ 2 % chez les moins de 5 ans) et augmentait progressivement avec l'âge, jusqu'à 31 % chez les plus de 65 ans.

Les chercheurs ont ensuite comparé les proportions de personnes ayant des anticorps en 2008 et après la première vague de 2009. Cette dernière a augmenté de façon importante, à Londres et dans les West Midlands, de 21 points chez les moins de 5 ans (en passant de 2 à 23 %), de 42 points chez les 5-14 ans et de 21 points chez les 15-24 ans, montrant qu'une part significative de ces populations a été infectée par le virus. Au total, environ un enfant sur trois a été infecté durant la première vague d'H1N1 pandémique dans ces deux régions urbaines d'Angleterre, notent les chercheurs. "Les enfants ont un rôle important dans la transmission de la grippe et devraient constituer une cible-clé pour la vaccination, à la fois pour leur protection et pour celle des autres", concluent-ils.

Commenter cet article