Georges Papandréou, l'homme qui fait trembler l'europe

Publié le par Denis-Zodo

 

Le monde le regarde. Le destin de l'euro tient à lui. Elu depuis tout juste quatre mois, le premier ministre grec est le point de mire des dirigeants et des marchés de la planète, pressé de questions affolées sur la situation dont il a hérité : un pays au bord de la faillite, discrédité sur les marchés, exposé à la spéculation, étranglé par une dette et un déficit public colossaux, un Etat dysfonctionnel, un système de fraude généralisé.

Le raffinement est son arme. Costume bleu marine, chemise blanche, cravate délicatement violette, Georges Papandréou a la silhouette longue et distinguée, la moustache taillée au millimètre, la politesse souriante, l'anglais parfait du brillant élève passé par Harvard et la London School of Economics, la graisse évanouie dans des heures quotidiennes de fitness et de cyclisme à haute dose. Si peu balkanique, si différent.

Devenir premier ministre n'était pas sa vocation, lui qui, à la fin des années 1960, étudiait la sociologie aux Etats-Unis et manifestait, cheveux longs et guitare rock en bandoulière, contre la guerre du Vietnam. 'Si la Grèce avait été à l'époque un pays normal, dit-il dans son bureau à Athènes, je ne serais pas entré en politique.'

Son nom a fini par le rattraper. Celui de son grand-père, Georges Papandréou, trois fois premier ministre, centriste, figure mythique de la politique des années 1960. Celui de son père, Andréas Papandréou, ministre et économiste renommé, fondateur du Pasok (parti socialiste grec), et premier ministre dans les années 1980. Quant à lui, ce rêveur affable et modeste que l'on appellera longtemps Yorgakis (petit Georges), personne n'imaginait qu'il dirigerait le pays à son tour, dernier-né de l'une des trois dynasties familiales qui, avec les Caramanlis et les Mitsotakis, se partagent le pouvoir en Grèce depuis l'après-guerre.

Il a 14 ans ce 21 avril 1967. Le coup d'Etat des colonels, prélude à la dictature qui durera sept ans, vient d'avoir lieu. Les militaires viennent chercher son père, Andréas, caché sur le toit de la maison. L'un d'eux lui colle sa mitraillette sur la tempe. 'Où est-il ?' L'enfant ne répond pas. La mitraillette frémit. Andréas se rend. Pour lui, c'est la prison.

 

Source : .news.yahoo.com/

Commenter cet article