France Télévisions ça continnue

Publié le par Denis-Zodo

- Le Parti socialiste s'efforce de calmer le jeu avec France Télévisions au lendemain d'une nouvelle attaque du député européen Vincent Peillon contre "la servilité" de certains de ses "dirigeants".

Vincent Peillon, qui avait boycotté le 14 janvier un débat sur France 2 avec le ministre de l'Immigration Eric Besson et la vice-présidente du Front national Marine Le Pen, est revenu à la charge contre la chaîne de télévision publique.

"Les rédactions font ce qu'elles peuvent, mais la perspective de la nomination du président du service public par le président de la République exerce déjà une pression sur leur travail et favorise la servilité de certains dirigeants", a-t-il déclaré dans Le Monde daté des 24 et 25 janvier,reprise par reuters.

Vincent Peillon avait demandé la démission, notamment, d'Arlette Chabot, directrice générale adjointe de France Télévisions, accusée de servir les thèses d'Eric Besson dans le cadre du débat controversé sur l'identité nationale.

Le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a estimé dimanche sur Radio J qu'il fallait mettre un terme à la polémique, même si France 2 a selon lui donné le "beau rôle" à Eric Besson.

"Je pense aujourd'hui que nous ne sommes pas dans l'opposition à France 2, nous sommes dans l'opposition à l'UMP et au pouvoir, et je ne crois pas qu'il soit bon de poursuivre au-delà cette querelle", a-t-il expliqué.

Vincent Peillon "est aujourd'hui dans une polémique assez forte avec France 2, elle l'engage", a-t-il ajouté en soulignant que le PS ne demandait pas la démission d'Arlette Chabot.

Dénonçant des "propos injurieux et mensongers", la direction de France Télévisions a déclaré samedi dans un communiqué que "l'appel à la démission des principaux dirigeants du service public de la télévision ainsi que l'accusation scandaleuse de 'servilité' sont indignes de responsables politiques".L'affaire tv n'est pas encore definitive.

 

Publié dans Communication

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article