Eurostar bloqués : plans d'urgence et trains mal préparés

Publié le par Denis-Zodo

  

Eurostar avait mal préparé ses trains aux conditions hivernales et ses plans d'urgence pour aider les passagers étaient insuffisants, a conclu la commission d'enquête sur les pannes de la compagnie ferroviaire en décembre, dans son rapport publié vendredi à Londres.

La commission, qui avait été lancée par Eurostar elle-même après les incidents ayant bloqué plus de 2 000 de ses passagers dans le tunnel sous la Manche, dans la nuit du 18 au 19 décembre, en raison de pannes liées aux intempéries, a conclu que "les trains d'Eurostar n'ont pas reçu de préparation hivernale suffisante pour supporter ces conditions, et que les procédures de maintenance devraient être révisées".

De plus, même si elle estime que l'évacuation des passagers s'est effectuée "de façon sûre et efficace", la commission juge que les plans d'urgence pour aider les passagers à la suite des incidents "étaient insuffisants", et que "les dispositifs d'information dans les gares, via les centres d'appel et sur le site Internet, n'étaient pas satisfaisants".

La commission a donc émis une série de recommandations à l'intention de l'entreprise ferroviaire, dont la SNCF est l'actionnaire principal, consistant notamment à améliorer la fiabilité des trains et revoir les procédures d'évacuation en cas de panne de l'alimentation des trains. Elle préconise également une meilleure communication de crise avec Eurotunnel (l'exploitant du tunnel sous la Manche), et un renforcement des procédures de gestion des interruptions de trafic majeures, visant à limiter les perturbations pour les passagers.

34 MILLIONS D'EUROS POUR AMÉLIORER LES SERVICES

En réponse au rapport, Eurostar a annoncé qu'elle allait investir plus de 30 millions de livres (34 millions d'euros) dans les prochains mois pour améliorer sa fiabilité et les informations en cas de perturbations. Les dispositifs de sécurité dans le tunnel ne sont pas "le genre de procédure que l'on change à la légère", a estimé une porte-parole d'Eurotunnel. Le gestionnaire du tunnel est également disposé à "partager avec Eurostar son expertise en matière de protection des locomotives contre la neige afin d'éviter que de tels incidents se reproduisent", selon le communiqué.

La commission d'enquête, confiée à un tandem d'experts indépendants, le Britannique Christopher Garnett et le Français Claude Gressier, avait été lancée le 21 décembre 2009 par Eurostar pour faire la lumière sur ces incidents, avec l'aval des gouvernements français et britannique. Eurotunnel a mis en doute l'impartialité des deux "sages" composant cette commission, le premier étant un ancien employé du groupe, qu'il a quitté en très mauvais termes, et le second ayant fait toute sa carrière à la SNCF, principal actionnaire d'Eurostar.

Source :Lemonde.fr

 

Commenter cet article