Des passagers détroussés à bord du Tokyo-Paris

Publié le par Denis-Zodo

 

En plein vol de nuit, un pickpocket a dérobé plusieurs milliers d'euros parmi les voyageurs de la classe affaires.

Le ciel, s'il est parfois décrit comme le plus bel endroit de la terre, n'en est pas pour autant le plus sûr. Mardi, cinq clients de la compagnie Air France ont pu méditer cette morale acide après avoir été détroussés de leurs liquidités à bord d'un vol Tokyo-Paris. Le pickpocket, qui n'a pu être identifié avant l'atterrissage, aurait exclusivement ciblé des passagers de la classe affaires. Selon les premiers éléments de l'enquête, il aurait profité de leur sommeil pour rafler près de 4 000 euros au nez du personnel navigant.

« Sur ce vol, qui décolle de Tokyo-Narita vers 22 heures, il est fréquent que les passagers s'endorment profondément pour ne se réveiller que peu avant l'arrivée à Paris, vers 4 heures du matin », raconte l'une des victimes, qui précise que de nombreux sacs à main avaient été laissés sur les sièges vacants. En ouvrant les yeux, l'un des voyageurs aurait donné l'alerte alors que le Boeing 777 s'apprêtait à entrer dans l'espace aérien français. « Cette dame a appelé le personnel pour signaler que tout son argent liquide contenu dans son sac à main avait été dérobé, complète sa voisine de cabine. En comptant les francs suisses, les euros et les yens, il y en avait apparemment pour 3 000 euros.» En tout, cinq passagers auraient ainsi été détroussés alors qu'ils dormaient à poings fermés.

Un événement « rarissime »

« Ce qui est irritant, c'est d'imaginer que ce voleur a pu agir sans que le personnel de bord ne s'aperçoive de rien, peste un passager. Lorsqu'on voyage en classe affaires, on paie tout de même suffisamment cher pour espérer que l'équipage veille sur nous. Ou bien alors, il faut que la compagnie diffuse en début de vol une annonce invitant les voyageurs à la vigilance, un peu comme cela se fait dans le métro parisien. »

Volant à encore plus de 10 000 pieds au-dessus du sol, le commandant de bord a demandé sans attendre à la police de l'air et des frontières de se préparer à intervenir, indique Le Figaro.

Publié dans société

Commenter cet article