Côte d’Ivoire : l’éducation et la santé malades

Publié le par Denis-Zodo

 

La Côte d'Ivoire est un des pays les plus riches d'Afrique, mais l'instabilité et les conflits internes ont entraîné des déplacements de population et ont entravé l'accès à des services sociaux essentiels. Les écoles primaires ont cessé de fonctionner dans les régions du nord et de l'ouest touchées par les conflits, ce qui a empêché des centaines de milliers d'élèves des écoles primaires d'aller régulièrement à l'école. Le secteur de la santé a également souffert, de nombreux centres de santé ayant été contraints de réduire leurs services après le départ d'une bonne partie de leur personnel de santé et la diminution des stocks de fournitures médicales essentielles. L'UNICEF a mobilisé ses équipes et fournit dans la mesure du possible une aide humanitaire aux populations concernées.

Les priorités de l'UNICEF

Pour aider les enfants et les femmes vulnérables, l'UNICEF distribue à Korhogo des nécessaires sanitaires d'urgence, des colis de médicaments essentiels, des colis d'éducation, du matériel de loisirs, des couvertures, des nattes de couchage, des moustiquaires, des fûts en matière plastique de 30 litres, des vêtements d'enfants, des livres d'enfants, des seaux et des verres en plastique. Ces articles sont distribués dans les centres d'enfants, les centres de santé et les hôpitaux, en fonction des priorités.

Parmi les activités menées actuellement ou planifiées par l'UNICEF figurent :


         En matière d'éducation, le bureau de pays plaide en faveur du droit à l'éducation auprès de toutes les parties au conflit. Les activités entreprises consistent notamment à distribuer des fournitures scolaires et du matériel de loisirs, à construire des salles de classe temporaires destinées aux populations déplacées et aux communautés d'accueil où les personnes déplacées ont trouvé refuge et à former des enseignants à dispenser un soutien psychosocial et une éducation à la paix.


         Parmi les activités entreprises dans le domaine de la santé figurent la distribution de vitamine A, la vaccination et l'apport de médicaments essentiels ainsi que de fournitures cliniques de base et de matériel nécessaire à la chaîne du froid, l'objectif étant de renforcer les capacités des centres de santé existants. Les vaccinations visent à protéger la population contre la rougeole, la fièvre jaune et d'autres maladies que des vaccins permettent d'éviter. Le bureau de pays apporte également son soutien à des activités d'information, d'éducation et de communication (IEC) entreprises auprès de toutes les populations concernées et relatives à l'hygiène, à la santé et à la nutrition. En outre, des moustiquaires destinées aux enfants et aux femmes enceintes sont distribuées afin de lutter contre le paludisme. Des programmes d'appui dans le domaine de la surveillance nutritionnelle et de la nutrition ciblée se poursuivent également. Pour éviter les risques de malnutrition, l'UNICEF distribue aux enfants de moins de cinq ans des biscuits protéiniques. Des activités de sensibilisation et de prévention du VIH/SIDA et de prévention des infections sexuellement transmissibles sont également organisées.


         Les activités menées en matière d'eau, d'environnement et d'assainissement consistent entre autres à fournir de l'eau potable et des installations sanitaires de base aux populations déplacées, aux réfugiés libériens du sud-ouest du pays, et aux communautés d'accueil. L'UNICEF accorde également la priorité à la distribution de trousses de maternité, à la mise en place d'infrastructures d'approvisionnement en eau et d'assainissement et à l'adoption de meilleures mesures d'hygiène.


         Les mesures de protection consistent à identifier et à recenser les enfants non accompagnés (les enfants déplacés qui ont été séparés de leur famille). Il s'agit avant tout d'éviter les séparations et de réunir les enfants et leur famille. En outre, des efforts sont entrepris afin de mettre en évidence les violations des droits des enfants et des femmes, de suivre l'évolution de la situation et d'y remédier. Des campagnes de mobilisation sont également menées à la fois auprès des autorités gouvernementales et des groupes rebelles afin que les enfants ne soient pas recrutés pour participer au conflit armé et que le personnel humanitaire puisse accéder en sécurité et sans aucune restriction aux régions contrôlées par les forces gouvernementales ou par les troupes rebelles. Enfin, l'UNICEF veille également à ce que les femmes et les enfants qui en ont besoin aient accès à des services psychosociaux adéquats.


Source :UNICEF.org

 

Publié dans société

Commenter cet article