Colonies : Jérusalem construit, Ramallah interdit l'accès à ses ressortissants

Publié le par Denis-Zodo

L'Autorité palestinienne, qui s'est déclarée prête, dimanche 7 mars, à reprendre les pourparlers indirects avec Israël, prépare une loi non contraignante pour interdire à ses ressortissant de travailler dans les colonies, rapporte, lundi, le site du quotidien israélien Jérusalem Post, le jour même où, selon Haaretz, le gouvernement israélien choisit de rompre le moratoire sur la colonisation pour donner son feu vert à la construction de 112 nouveaux logements dans l'implantation ultra-orthodoxe de Betar Ilit, en Cisjordanie.

En dépit d'une opposition politique radicale à la colonisation du gouvernement de Mahmoud Abbas, qui en a fait une condition à la reprise de négociations directes avec Israël, on estime de 20 000 à 30 000 le nombre de Palestiniens qui travaillent dans les colonies. Un chiffre qui inclut la main-d’œuvre nécessaire aux chantiers de construction des nouveaux logements et les nombreux employés d'usines installées dans les colonies.

Le ministre de l'économie  palestinien, Hassan Abou Libdeh, rédacteur du projet de loi qui prévoit également l'interdiction de la vente de produits issus des colonies en Cisjordanie, s'explique : 'Ma population, ma société contribuent à la sécurité économique des colonies, donc je cherche à atteindre cette contribution.' Son gouvernement va toutefois devoir trouver des ressources alternatives pour les milliers de travailleurs qui seraient ainsi privés de revenus.

Lundi matin, le ministre de la défense israélien, Ehoud Barak, a fait connaître la décision du gouvernement d'autoriser la construction de 112 nouveaux logements à Beitar Ilit, à 10 km au sud-ouest de Jérusalem, justifiant cette décision de rompre le moratoire sur l'extension de la colonisation en vigueur depuis novembre par des impératifs de sécurité. Le négociateur palestinien, Saeb Erekat, a réagi en accusant Israël de tenter de saper les négociations avant même qu'elles aient commencé.

Source : lemonde.fr

Commenter cet article