Cancer du poumon chez les non-fumeurs : quand la génétique s'en mêle

Publié le par Denis-Zodo

 

États-Unis - Des variations sur le chromosome 13 augmenteraient d'environ 60% le risque de développer un cancer du poumon chez les non-fumeurs, d'après les résultats d'une étude publiée lundi dans la revue The Lancet Oncology. 

Toutes les études concernant le cancer du poumon étaient jusqu'à présent réalisées sur des fumeurs. Cette fois, les chercheurs de la Mayo Clinic of Medicine de Rochester aux États-Unis ont souhaité connaître l'origine du développement du cancer du poumon exclusivement chez les non-fumeurs. L'étude a été conduite en quatre étapes par Ping Yang et une équipe internationale de chercheurs. Elle portait sur l'impact des variations génétiques sur l'augmentation du risque du développer un cancer du poumon. Les chercheurs se sont aperçus que deux variations sur le chromosome 13 altéraient l'expression du gène GPC5. Une caractéristique qui augmenterait d'environ 60% le risque de développer un cancer du poumon. Les chercheurs ont cependant jugé nécessaire d'effectuer des études complémentaires afin de connaître le rôle fonctionnel du gène sur l'apparition de ce type de cancer. Un quart des cas de cancers du poumon dans le monde apparait chez des non-fumeurs, le tabagisme passif est un des facteurs de risque connu. Le cancer du poumon apparaît cependant surtout chez les fumeurs qui ont un risque quinze à vingt fois supérieur d'en développer un par rapport aux non-fumeurs.

Source : omaxisciences

Publié dans société

Commenter cet article