Blair: après le 11-Septembre, la menace Saddam Hussein n'a pas changé, juste sa perception

Publié le par Denis-Zodo

    

L'ancien Premier ministre Tony Blair a reconnu vendredi que Saddam Hussein ne représentait pas une menace plus importante après le 11-Septembre qu'avant. En revanche, la perception du risque terroriste a, elle, considérablement changé, a-t-il expliqué devant la commission d'enquête britannique sur la guerre en Ira,rapporter parAP..

La décision d'envahir l'Irak en 2003 a été prise car la Grande-Bretagne craignait une autre attaque terroriste de plus grande ampleur, a poursuivi Tony Blair: "la priorité pour moi était d'envoyer un signal puissant, clair et durable après le 11-Septembre, pour dire à tous ceux qui s'intéressaient aux armes de destruction massives qu'ils devaient s'arrêter".

"Si ces gens, inspirés par le fanatisme religieux, pouvaient tuer 30.000 personnes, ils l'auraient fait. A partir de ce moment-là, l'Iran, la Libye, la Corée du Nord et l'Irak... il fallait y mettre fin".

M. Blair ne risque aucune mise en cause pénale ou civile. A l'extérieur du bâtiment où se tient la commission, quelque 150 personnes sont venues manifester leur hostilité à l'encontre de l'ancien Premier ministre.

L'opinion publique britannique est convaincue que la décision d'envahir l'Irak était préméditée, visant à satisfaire les velléités de George W. Bush et que des "preuves" ont été inventées -comme la prétendue capacité de l'Irak à déployer des armes de destruction massive en 45 minutes- pour trouver un prétexte à la guerre.

 

 

 

 

Commenter cet article