Au Nigéria, 150 corps retrouvés dans des puits après des heurts religieux

Publié le par Denis-Zodo

 

 

   Aau moins 150 cadavres ont été retirés de puits du village de Kuru Karama, près de Jos (centre du Nigeria), après plusieurs jours d'affrontements entre chrétiens et musulmans, dont le bilan ne cesse de s'alourdir.

 «Nous avons retrouvé jusqu'à présent 150 corps dans des puits», a déclaré le chef du village, Umar Baza. «Nous avons une liste des personnes déplacées de ce village qui se sont réfugiées dans trois camps et  il y a toujours 60 personnes portées disparues», a expliqué ce responsable, joint au téléphone depuis Kano.

Le chef de l'équipe des bénévoles musulmans dans le village, Mohammed Shittu, a confirmé le nombre de victimes retrouvées dans des puits. «150 corps en tout ont été retirés des puits depuis jeudi. Nous allons retourner là-bas aujourd'hui pour ratisser le terrain à la recherche d'autres corps», a-t-il déclaré à l'AFP. «Selon les récits de survivants, des personnes qui avaient fui les attaques ont été tuées dans des embuscades», a-t-il dit. Cite libération.fr

«Nous pensons qu'il y a d'autres corps dans les puits, a dit Umar Baza, mais le niveau de décomposition rend difficile les opérations d'extraction. Nous avons donc décidé de recouvrir les puits avec du sable».

Aucun bilan officiel des affrontements n'a encore été publié mais, selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), au moins 160 personnes ont été tuées et 18.000 déplacées.

Les combats avaient éclaté dimanche à Jos, apparemment à cause d'un différend foncier entre deux propriétaires, l'un chrétien l'autre musulman, et s'étaient vite étendus aux communes voisines. Les autorités fédérales ont envoyé l'armée en masse dès mardi à Jos mais pas dans les environs de la ville.

L'organisation Human Rights Watch (HWR) a demandé samedi au vice-président nigérian Goodluck Jonathan d'ordonner immédiatement une enquête.

18.000 réfugiés ,sont de plus nombreuses les violences religieuses.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article