'Arctique se réchauffe encore plus vite que prévu

Publié le par Denis-Zodo

 Les changements climatiques affectent l'environnement arctique à un rythme bien plus élevé qu'on ne le pens L ait, notamment sur la fonte des glaces, ont annoncé vendredi des chercheurs ayant mené une étude d'une ampleur sans précédent dans le grand Nord canadien.

Ce projet impliquait plus de 370 scientifiques venus de 27 pays, qui se sont relayés durant quinze mois au nord du cercle polaire à partir de juin 2007. Le navire à bord duquel ils se trouvaient est le premier à avoir passé un hiver entier en restant mobile dans la région.

Le changement climatique "se produit bien plus vite que ne l'avaient prévu nos modèles les plus pessimistes", a constaté David Barber, enseignant à l'université du Manitoba et principal chercheur de cette étude, lors d'une conférence de presse à Winnipeg.

Ces modèles prédisaient il y a encore quelques années que l'océan Arctique serait libre de glace en été d'ici l'an 2100, mais l'accélération du réchauffement montre désormais que cela pourrait se produire entre 2013 et 2030, a indiqué Barber.

Les scientifiques lient la hausse des températures en Arctique et la fonte des glaces aux émissions croissantes de gaz à effet de serre.

DES ESPÈCES PARTENT, D'AUTRES ARRIVENT

"Nous savons que la glace disparaît, le monde entier en est conscient. Ce dont on n'est pas conscient, c'est que cela a un impact sur tout ce qui se trouve dans cet écosystème", a poursuivi Barber.

La fonte de la banquise éloigne de la région les mammifères qui s'y reproduisent, s'y alimentent ou s'y cachent des prédateurs, a indiqué Steve Ferguson, chercheur pour le gouvernement canadien.

A l'inverse, des espèces de baleines que l'on ne rencontrait autrefois jamais en Arctique s'y rendent maintenant, car leurs déplacements ne sont plus entravés par les glaces.

Le changement climatique amène en outre plus de cyclones en Arctique, qui projettent de la neige sur la banquise et l'empêchent ainsi de s'épaissir. De plus, les vents violents rompent parfois la glace.

L'étude a été menée dans le cadre de l'année polaire internationale, un programme scientifique concentré sur les deux pôles. Les chercheurs n'ont pas encore fait connaître leurs conclusions, mais s'apprêtent à publier de nombreux articles dans les revues spécialisées.

Selon une étude menée par le Groupe environnemental Pew, basé aux Etats-Unis, la fonte accélérée de l'Arctique pourrait entraîner un coût planétaire de 2.400 milliards de dollars d'ici à 2050, le climat mondial étant moins rafraîchi par cet océan.

Source :Reuters

 

 

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sonja 07/02/2010 10:11


Je ne suis pas fachée... Juste une colère passagère quand je vois que la prise de conscience est laissée toujours, aux autres.
Ta question m'a fait sourire
A plus


Denis-Zodo 07/02/2010 10:21


il faut bien des gens pour le faire, les autres se degonflent ,moi-aussi.....


sonja 07/02/2010 08:42


Bonjour
Ca nous pendait au nez, comme on dit, ces faits dont sont conscients les humains. Conscients mais continuant de vivre comme si de rien n'était. A croire que ceux qui possèdent beaucoup se croient à
l'abri des grandes catastrophes grâce à leur "fric". Quand aux oubliés de la terre, comment leur parler échologie alors qu'ils peinent à trouver de quoi remplir leur ventre et celui de leurs
enfants. Une grande partie de l'humanité vit dans le gaspillage et le surplu, et pollue glorieusement la planète sans aucune envie de mettre le frein à leurs débordements. Le pouvoir de la
consommation donne des ailes. Qui a envie de se priver de sa voiture dans les hautes sphères ? Même notre président s'amuse à aller de Paris à Marseille dans son jet... Comment dès lors conseiller
l'économie au profit de l'environnement ?
Lorsque je tiens ce langage on pense que je suis négative... Ont-ils ouiblié d'être réaliste ? Sans être extrême, on peut faire des choses à l'échelle mondiale. Je ne suis pas une échologiste, mais
j'évite certaines choses. Et sans me priver de l'essentiel. Dans les pays riches ont a bien du mal à vivre simplement. Quand on possède le nécessaire, le surplus est affaire de vision rétrécie sur
les choses. Le toujours plus est en train de tuer notre planète.
Les scientifiques tirent la sonnette d'alarme depuis cinq années, avec plus d'acuité. Pourtant, on ne peut pas dire qu'ils soient pessimistes.
Si même eux ne font pas bouger les profiteurs de notre planète, alors, il n'y a rien d'autre à faire.
Tous leurs congrès échoueront encore et encore... Prise de conscience oui, mais pour les autres, jamais pour moi. C'est une politique "dégueulasse". Je te prie de m'excuser pour le mot...
Que ta journée soit agréable
Sonia


Denis-Zodo 07/02/2010 09:52



Le cadre de vie se degrade on s'enfout. Les conditions climatiques aussi, pourtant il y a une derie de reunions.  IL faut bien mourir de .....

bonne journnée à toi ,virtuellement bisous . je pense que tu n'es pas fâchée.