Allemagne - "Le cliché de la femme au foyer n'a guère disparu"

Publié le par Denis-Zodo

La première économie d'Europe est un cancre en matière d'égalité salariale. Au grand dam d'Ulrike Helwertha, porte-parole du Conseil des femmes, un lobby féministe, co-organisateur de la journée nationale de lutte contre les différences de salaire, ce 26 mars

D'où vient cette idée d'organiser un "Equal pay day" (Journée de l'égalité des salaires) en Allemagne?

 Le terme a été inventé par des Américaines dans les années 1980. Elles ont instauré une journée de mobilisation avec leur "campagne des sacs rouges", pour mettre l'accent sur les chiffres "dans le rouge", référence symbolique aux porte-monnaies des femmes moins remplis que celui des hommes.

Cette manifestation a été importée en Allemagne en 2007 par une association qui lutte contre l'égalité des chances des femmes au travail, le BPW-Allemagne. D'autres mouvements féministes et syndicalistes, comme le Frauenrat, l'ont ensuite rejoint pour soutenir l'"Equal Pay Day" allemand, à partir de 2008. Ensemble, nous luttons contre la différence de salaires entre hommes et femmes, encore si importante en Allemagne. Le salaire féminin est en moyenne 23% plus bas que celui d'un homme [18%, au niveau européen, selon l'Office des statistiques].

Pourquoi cette mobilisation est-elle prévue un 26 mars?

La date n'est pas choisie au hasard: une Allemande doit travailler presque quatre mois de plus qu'un homme, soit de janvier à fin mars, afin de rattraper le salaire moyen masculin au 31 décembre dernier.

Pourquoi y a t-il une différence flagrante de salaires entre femmes et hommes?

Pour quatre raisons. D'abord, les Allemandes ont plus d'emplois à temps partiel, souvent subis. Ensuite, après un accouchement, une femme prend souvent des congés de maternité afin d'élever son enfant. Sa carrière professionnelle dure ainsi, en moyenne, moins longtemps que celle d'un homme. D'où des conséquences négatives sur l'évolution de son salaire.

Source : l’express.fr

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article