7 Abus sexuels: le gouvernement allemand crée une commission

Publié le par Denis-Zodo

Le gouvernement d'Angela Merkel a installé mercredi une commission d'experts sur les abus sexuels au sein de l'Eglise allemande et de ses institutions.

Cette commission, qui sera chapeautée par les ministres de la Justice, de la Famille et de l'Education, se réunira pour la première fois le 23 avril prochain. Elle comprendra une quarantaine d'experts du gouvernement, de l'Eglise, d'œuvres de charité et d'institutions éducatives.

Elle examinera les accusations d'abus commis par le passé et réfléchira à une éventuelle modification de la loi sur la prescription des crimes sexuels, ainsi que de possibles dédommagements pour les victimes. Elle rendra ses conclusions d'ici la fin de l'année.

"La commission sera dévolue à la prévention du futurs abus, mais enquêtera également sur la passé", a déclaré la ministre de la Justice à Sabine Leutheusser-Schnarrenberger.

La ministre de l'Education Annette Schavan a, de son côté, évoqué les exigences et les besoins des victimes. "Ces crimes ont profondément influencé et modelé la vie de jeunes personnes", a-t-elle souligné. "Notre préoccupation première doit maintenant être les victimes".

La création de cette commission intervient alors que l'Allemagne, à l'instar d'autres pays européens, est le théâtre d'un nombre de croissant d'accusations d'abus sexuels commis par des membres de l'Eglise au cours des décennies passées.

De nouvelles accusations ont par ailleurs été signalées mercredi contre un prêtre appartenant au diocèse de Munich à l'époque où le cardinal Joseph Ratzinger, aujourd'hui le pape Benoît XVI, en était l'archevêque.

Selon l'archevêché de Munich, ces accusations remontent à 1998 et visent Peter Hullerman, un prêtre déjà reconnu coupable et suspendu pour des faits d'abus sexuels. Celui-ci avait été transféré d'Essen à Munich en 1980, époque où le cardinal Ratzinger était en poste, pour y suivre une thérapie, et a été reconnu coupable d'abus en 1986, quatre ans après le départ du cardinal pour Rome. Le prêtre a ensuite servi dans diverses congrégations jusqu'à sa suspension il y a dix jours.

L'archevêché de Munich a indiqué avoir transmis l'affaire au bureau du procureur, qui a confirmé sans donner plus de détails.

Source : AP

 

Publié dans société

Commenter cet article