2009, meilleure année depuis 1973 pour les matières premières

Publié le par Denis-Zodo

Les marchés de matières premières ont connu en 2009 leur meilleure année depuis 1973, dopés par les gains sans précédent depuis dix ans du pétrole et par le doublement des cours du cuivre et du sucre

L'indice CRB Reuters/Jef féries affiche sur l'ensemble de 2009 une hausse de 23,46%. L'or a inscrit sa neuvième hausse en autant d'années et le cacao a enregistré sa quatrième année de progression.

Mais les succès de 2009 pourraient ne pas se reproduire en 2010 car le marché ne pourra plus compter sur les bonnes affaires offertes par la crise financière.

"Deux mille neuf était une proposition de choix en terme de valeur, marquée par une dynamique d'achat portée par les prix bas sur le marché", explique Mark Pevan, directeur de recherche matières premières à ANZ.

"Deux mille dix sera beaucoup plus influencée par la macro, par les fondamentaux. Le dollar n'aura pas autant d'influence. Il s'agira beaucoup plus d'un alignement sur l'offre et la demande", ajoute-t-il.

La meilleure performance au sein de l'indice CRB est signée par le cuivre qui termine 2009 sur une hausse de 140%.

Le niveau sans précédent des importations chinoises, la spéculation et dernièrement les menaces sur l'offre ont propulsé le contrat à terme de référence sur le cuivre à Londres d'un plus bas de 50 mois à 2.825 dollars en décembre l'année dernière à un plus haut de 16 mois à 7.415 dollars à la veille du Nouvel An.

Ce pic pourrait être dépassé avec la menace de grève des employés de la mine de Chuquicamata au Chili, la plus importante mine de cuivre dans le monde.

LE DÉBUT DE L'ANNÉE 2010 S'ANNONCE BIEN

Le sucre affiche également l'une des meilleures performances de l'année avec une hausse de 130%, grâce principalement aux importations indiennes après une mauvaise récolte.

Les prix devraient rester soutenus en 2010 grâce aux perspectives d'une forte demande en Asie, en Russie et aux Etats-Unis, soulignent des courtiers.

"Rien ne dit qu'un sommet a été atteint pour la progression du sucre", commente Nick Hungate, courtier matières premières à Rabobank.

Les marchés de matières premières pourraient également connaître un bon début d'année 2010.

L'or a enregistré un gain d'environ 25% sur 2009 après avoir touché un plus haut historique à 1.226,10 dollars l'once début décembre et il pourrait bénéficier d'un regain d'intérêt en début d'année indique l’Agence Reuters.

A plus long terme, les analystes estiment que l'or pourrait être vulnérable à une poursuite de la remontée du dollar, qui s'est déprécié d'environ 4% sur l'ensemble de l'année.

"Il semble que nous assistions à un changement de perspective concernant le dollar à l'approche du nouvel an et cela va être très intéressant à suivre", a déclaré à Reuters Ole Hansen de Saxo Bank.

Les cours pétroliers ont aussi fortement rebondi avec une hausse de 78% en 2009 mais il faudrait encore une augmentation de plus de 80% pour qu'ils retrouvent le plus haut record de près de 150 dollars le baril atteint l'an dernier.

A contrario, 2009 a été une année en demi-teinte pour les marchés de céréales. Le blé a reculé de 11,3% et le maïs a gagné seulement 1,8%.

 

 

 

Les marchés de matières premières ont connu en 2009 leur meilleure année depuis 1973, dopés par les gains sans précédent depuis dix ans du pétrole et par le doublement des cours du cuivre et du sucre

L'indice CRB Reuters/Jef féries affiche sur l'ensemble de 2009 une hausse de 23,46%. L'or a inscrit sa neuvième hausse en autant d'années et le cacao a enregistré sa quatrième année de progression.

Mais les succès de 2009 pourraient ne pas se reproduire en 2010 car le marché ne pourra plus compter sur les bonnes affaires offertes par la crise financière.

"Deux mille neuf était une proposition de choix en terme de valeur, marquée par une dynamique d'achat portée par les prix bas sur le marché", explique Mark Pevan, directeur de recherche matières premières à ANZ.

"Deux mille dix sera beaucoup plus influencée par la macro, par les fondamentaux. Le dollar n'aura pas autant d'influence. Il s'agira beaucoup plus d'un alignement sur l'offre et la demande", ajoute-t-il.

La meilleure performance au sein de l'indice CRB est signée par le cuivre qui termine 2009 sur une hausse de 140%.

Le niveau sans précédent des importations chinoises, la spéculation et dernièrement les menaces sur l'offre ont propulsé le contrat à terme de référence sur le cuivre à Londres d'un plus bas de 50 mois à 2.825 dollars en décembre l'année dernière à un plus haut de 16 mois à 7.415 dollars à la veille du Nouvel An.

Ce pic pourrait être dépassé avec la menace de grève des employés de la mine de Chuquicamata au Chili, la plus importante mine de cuivre dans le monde.

LE DÉBUT DE L'ANNÉE 2010 S'ANNONCE BIEN

Le sucre affiche également l'une des meilleures performances de l'année avec une hausse de 130%, grâce principalement aux importations indiennes après une mauvaise récolte.

Les prix devraient rester soutenus en 2010 grâce aux perspectives d'une forte demande en Asie, en Russie et aux Etats-Unis, soulignent des courtiers.

"Rien ne dit qu'un sommet a été atteint pour la progression du sucre", commente Nick Hungate, courtier matières premières à Rabobank.

Les marchés de matières premières pourraient également connaître un bon début d'année 2010.

L'or a enregistré un gain d'environ 25% sur 2009 après avoir touché un plus haut historique à 1.226,10 dollars l'once début décembre et il pourrait bénéficier d'un regain d'intérêt en début d'année indique l’Agence Reuters.

A plus long terme, les analystes estiment que l'or pourrait être vulnérable à une poursuite de la remontée du dollar, qui s'est déprécié d'environ 4% sur l'ensemble de l'année.

"Il semble que nous assistions à un changement de perspective concernant le dollar à l'approche du nouvel an et cela va être très intéressant à suivre", a déclaré à Reuters Ole Hansen de Saxo Bank.

Les cours pétroliers ont aussi fortement rebondi avec une hausse de 78% en 2009 mais il faudrait encore une augmentation de plus de 80% pour qu'ils retrouvent le plus haut record de près de 150 dollars le baril atteint l'an dernier.

A contrario, 2009 a été une année en demi-teinte pour les marchés de céréales. Le blé a reculé de 11,3% et le maïs a gagné seulement 1,8%.

 

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article