16 ans de prison pour une femme qui voulait tuer son mari

Publié le par Denis-Zodo

 

Une concierge nantaise de 45 ans a été condamnée à 16 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Loire-Atlantique pour avoir commandité le meurtre de son mari en mars 2008 avec deux marginaux recrutés pour l'occasion.

Sylvie Minoia, qui convoitait les quatre contrats d'assurance-vie ouverts au nom de son époux, avait promis 30.000 euros à ses tueurs à gages. Elle avait prétexté le jour des faits une fuite d'eau dans les caves de la résidence, où elle avait dévissé les ampoules d'éclairage, pour y entraîner son mari, préalablement drogué à son insu aux anxiolytiques.

Le gardien d'immeuble avait alors reçu quinze coups de couteau à la tête de la part des deux inconnus, mais avait pu miraculeusement regagner sa loge et demander à sa femme d'alerter la police.

L'enquête a révélé que la victime avait survécu, sans le savoir, à une demi-douzaine d'autres tentatives d'assassinat commanditées par son épouse au cours des dix années précédentes.

Sylvie Minoia aurait ainsi tenté d'empoisonner son mari par deux fois avec de la mort-aux-rats en 1997-1998, a déclaré un de ses fils aux policiers, lorsque la famille habitait encore à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

Entre 2001 et 2007, la concierge a aussi approché à cinq reprises des marginaux, qu'elle pensait "nécessairement méchants et intéressés par l'argent" selon les enquêteurs, pour tuer son époux. Certains d'entre eux ont échoué sans que la police n'identifie leur commanditaire, alors que d'autres ont volé l'argent de la concierge sans effectuer la basse besogne.

"VIVRE EN PAIX"

Sylvie Minoia a expliqué avoir voulu se venger de ce mari joueur, ancien alcoolique, qui la battait dix ans plus tôt. "Elle voulait sa mort pour pouvoir vivre tranquillement, seule et en paix", ont expliqué les enquêteurs.

Surendettée, la concierge se refusait à divorcer pour pouvoir toucher l'assurance-vie de son mari, a aussi affirmé une de ses filles lors du procès. Selon elle, l'argent aurait aussi permis à sa mère de suivre son amant, un homme rencontré dans la résidence, qui lui avait "promis de faire des voyages autour du monde".

Lors de son procès pour complicité de tentative d'assassinat, Sylvie Minoia a demandé pardon à son mari, qu'elle a dit toujours aimer. L'avocat général avait réclamé vingt années de réclusion criminelle à son encontre, et vingt et huit années d'emprisonnement assortis de suivi socio-judiciaire pour ses deux co-accusés.

Le premier, un SDF de 35 ans auteur des coups, a écopé de 15 années de prison pour tentative d'assassinat. Son complice, un cuisinier de 21 ans de bonne famille inconnu de la police jusque-là, a lui été condamné à huit ans de prison pour le même motif.

Source :Reuters

 

 

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article