France/Les résultats des  législatives consolident le pouvoir Macron

Publié le par Denis-Zodo

 

Vue générale du Parlement français.

 

  Les résultats définitifs  du 2e tour des législatives 2017 ont consolidé le pouvoir d’Emmanuel Macron, le président français. Décryptage.

 

 Les résultats des élections législatives 2017 offrent une large majorité de 350 sièges à Emmanuel Macron. Dans le détail, en nombre de sièges, La République en marche obtient 308 sièges et son allié le MoDem 42 sièges, Les Républicains 113 sièges, l'UDI 18 sièges, les divers droite 6 sièges, le Parti socialiste 29 sièges, le PRG 3 sièges, les divers gauche 12 sièges, La France insoumise 17 sièges, les écologistes 1 siège,  le Parti communiste 10 sièges, le Front national 8 sièges, Debout la France 1 siège, les régionalistes 5 sièges. Il faut toutefois souligner que  l'abstention atteint 57,36% des inscrits, un record (chiffres du ministère de l'Intérieur). Conséquence   , le  président de la République et son gouvernement pourront normalement disposer d'un nombre d'élus suffisant pour faire passer leurs réformes. Toute chose qui pourrait consolider le pouvoir du nouveau président français Emmanuel Macron.

Concernant les rapports a l’Asdemblee nayionale ,l’on retiendra qu’au FN, Marine Le Pen  a été élue à Hénin-Beaumont, comme son compagnon Louis Aliot à Perpignan, Emmanuelle Ménard à Béziers, Gilbert Collard dans le Gard, Bruno Bilde dans le Pas-de-Calais ou Sébastien Chenu dans le Nord. Jacques Bompard est réélu dans le Vaucluse. A la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon est élu à Marseille, Alexis Corbière, Eric Coquerel et Clémentine Autain en Seine-Saint-Denis, François Ruffin à Amiens et Marie-George Buffet (PCF) en Seine-Saint-Denis. Les ministres Bruno Le Maire, Marielle de Sarnez, Mounir Majoubi, Christophe Castaner et Richard Ferrand sont élus respectivement dans l'Eure, à Paris, les Alpes-de-Haute-Provence et le Finistère. Le porte-parole d'En Marche n’est pas en reste. En effet,  Benjamin Griveaux est aussi élu à Paris, comme Cédric Villani dans l'Essonne. A gauche, l'ancien Premier ministre Manuel Valls l'emporte à Evry, comme l'ancien ministre Stéphane Le Foll dans la Sarthe, Delphine Batho dans les Deux-Sèvres, Barbara Pompili dans la Somme ou François de Rugy en Loire-Atlantique. A droite, Eric Ciotti est élu à Nice, Eric Woerth dans l'Oise, Pierre-Yves Bournazel et Claude Goasguen à Paris, Thierry Solère dans les Hauts-de-Seine, Daniel Fasquelle dans le Pas-de-Calais, Guillaume Peltier dans le Loir-et-Cher et Jean-Christophe Lagarde en Seine-Saint-Denis.

 

Les perdants

 

Evidemment, ledit scrutin a fait des victimes et non des moindres.  Au  FN, Florian Philippot a annoncé sa défaite en Moselle, son frère Damien Philippot échoue aussi dans l'Aisne. Au PS, l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem  a été battue à Villeurbanne, Marisol Touraine en Indre-et-Loire, Myriam El Khomri à Paris, Jean-Jacques Urvoas dans le Finistère. C'est aussi le cas de l'ancien député PS frondeur Christian Paul dans la Nièvre. A droite, Nathalie Kosciusko-Morizet est aussi battue, comme Louis Giscard d'Estaing perdant face à Laurence Vichnievsky (Modem) dans le Puy-de-Dôme, David Douillet dans les Yvelines, le juppéiste Gilles Boyer dans les Hauts-de-Seine ou le filloniste Jérôme Chartier dans le Val d'Oise. Rappelons qu’à l’issu de ces élections, la France insoumise a  contesté  le résultat de Manuel Valls à Evry. En effet , Le Premier ministre a été chahuté dans son fief, au moment où il annonçait sa victoire, par des électeurs et militants de la France insoumise. Et pour cause, sa candidate Farida Amrani revendique elle aussi la victoire. Elle soupçonne des irrégularités dans des bureaux de vote qui auraient connu des pics de participation suspects à des moments où les observateurs de LFI étaient absents selon le journal “Le Monde”. Les résultats du ministère de l'Intérieur à Evry donnent Manuel Valls gagnant à 51,66% contre 48,34% pour Farida Amrani.

 

Le fonctionnement et mode de  scrutin
 

Les députés sont élus au suffrage universel, dans un scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Il y a en réalité autant d'élections qu'il y a de circonscriptions, c'est à dire 577 depuis la révision constitutionnelle de juillet 2008. Pour être élu dès le premier tour, un candidat doit recueillir la majorité absolue des voix, et au moins 25 % de suffrages d'électeurs inscrits sur les listes électorales. Si ce n'est pas le cas, est organisé un second tour entre les candidats ayant obtenu au minimum 12 % des voix des électeurs inscrits et qui souhaitent se maintenir. A l'issue du second, le candidat ayant obtenu le plus de suffrages exprimés sur son nom est élu député. En cas d'égalité parfaite en nombre de voix, le code électoral indique que c'est le candidat le plus âgé qui remporte l'élection. Nul doute qu’avec ce large score, le président fraîchement élu Emmanuel Macron et ses partisans pourront faire passer leurs réformes.
 

Commenter cet article