Comment les remous sociaux et les mouvements d’humeur de soldats impactent l’économie

Publié le par Denis-Zodo

photo d,une usine de coton (dr)

photo d,une usine de coton (dr)

le président alassane ouattara (dr)

le président alassane ouattara (dr)

Depuis le début de l’année en cours, le régime est secoué par des remous sociaux. Des militaires aux fonctionnaires en passant par les élèves, les populations ivoiriennes ont craint le pire. Tant, la paralysie de l’administration par les fonctionnaires et agents de l’État et les coups de feu ont considérablement ralenti l’activité économique. Décryptage d’une situation qui suscite des commentaires quant à la sérénité au sommet de l’État.

“Qu’est- ce qui se passe en Côte d’Ivoire?”, demandait un ressortissant ivoirien résidant  désormais au pays de l’oncle Sam. En effet, ce citoyen, comme de nombreux autres ivoiriens et observateurs s’expliquent difficilement les mouvements d’humeur des soldats et les revendications des fonctionnaires et agents de l’État pendant plusieurs semaines. La dernière étant la mutinerie des “ forces spéciales”, considérées comme le dernier rempart de la sécurité ivoirienne et dont la conséquence a été l’interpellation de 6 journalistes détenus pendant plus de 48 heures pour atteinte à la sûreté de l’État. Évidemment, cette situation a créé une atmosphère tendue.

 

Point n’est besoin de dire que la situation délétère risque d'être lourde de conséquences pour la Côte d'Ivoire en général et pour son économie en particulier qui affichait une embellie depuis quelques années.

 

Des conséquences économiques désastreuses

Depuis quelques années, un  taux de 9%  rythme la croissance économique de la Côte d'Ivoire. Une embellie dont s'enorgueillissent  les autorités ivoiriennes notamment le président Alassane Ouattara. Depuis 2012, les tenants actuels du pouvoir ont essayé de redonner à  la Côte d’Ivoire sa place de leader  et de locomotive de l'économie sous- régionale ouest africaine. Et voilà que des  tirs de militaires ont suffi pour remettre en cause la destination Côte d'Ivoire.La  sortie inattendue de militaires dans les rues, apparaît comme  un signe d'instabilité politique et militaire, qui risque de déboucher sur un véritable recul pour le pays.

Et donc, le touriste qui faisait un programme pour le pays, peut changer d'avis parce qu'ici, les militaires peuvent sortir de leurs casernes quand ils veulent, et tout bloquer. En somme, c'est l'image de la Côte d'Ivoire touristique qui prend un coup après cette mutinerie, étant entendu que les bruits de bottes et les coups de canon ne sont pas des produits d'appel touristique. Des transports en commun aux activités portuaires en passant par les autres activités commerciales connexes, l’économie a été fortement perturbée. Cette situation traduit un climat d’instabilité avec pour conséquences le recul de la démocratie en Côte d’Ivoire.

 Autrement, la Côte d'Ivoire n'a pas encore fini avec son instabilité politique. L'image même du pays qui veut être émergent à l'horizon 2020 est salie. Combien sont-ils les investisseurs courageux qui vont venir malgré tout ? Ils sont nombreux ceux qui vont retenir l'erreur de la mutinerie contre les bonnes actions posées par la Côte d'Ivoire depuis plusieurs années. Cela peut se traduire par une annulation des intentions formulées, une révision des engagements pris, ou un changement de plan au détriment du pays.
Que peut-on faire avec un pays qui affectionne les crises ? La Côte d’Ivoire est- il encore fréquentable?Les investisseurs peuvent- ils renouveler leur confiance en la Côte d’Ivoire? Autant de questions que se posent de nombreux observateurs. D’ailleurs, le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara a reconnu et dénoncé cette situation déplorable.. «Elle ternit (ndlr : la mutinerie) l'image de notre pays après tous nos efforts de développement économique et de repositionnement diplomatique », a déploré Alassane Ouattara. Bien entendu, le président de la Côte d'Ivoire est conscient que le taux de croissance et les affaires sont sensibles aux mutineries. Ne disait-il pas à l’occasion de son message à la nation en fin d’année dernière :« Notre économie se porte bien. Avec un taux de croissance estimé à environ 9%, par an, en moyenne, au cours de ces cinq dernières années, la Côte d'Ivoire se classe parmi les économies à fort taux de croissance dans le monde. Notre pays est cité en exemple pour ses performances économiques ».

 

En tout cas, la Côte d’Ivoire, n’est pas au mieux de sa stabilité politique et économique  tant les remous sociaux et autres mouvements d’humeur de soldats ont considérablement impacté l’économie ivoirienne.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article