Côte d'Ivoire: la 3 e République et ses premières victimes...

Publié le par Denis-Zodo

Côte d'Ivoire: la 3 e République et ses premières victimes...

L'actualité sociopolitique en Côte d'Ivoire retient l'attention de tous
les observateurs, tant, les évènements qui se bousculent accélèrent non
seulement l'agenda du chef de l'État Alassane Ouattara mais aussi de
l'actualité politique.

La bourrasque qui s'est emparé du navire ivoire en fin de week-end
dernier (samedi) avec la mutinerie des militaires à Bouaké (fief de l'ex-
rébellion ivoirienne) ainsi que dans plusieurs autres villes du pays est
loin de s'estomper, tant ses conséquences continuent de faire des vagues.
Alors même que l'actualité était dominée par la démission du premier
ministre Daniel Kablan Duncan et de son gouvernement et de l'élection du
nouveau président de l'Assemblée nationale de la 3 e République , tel un
couperet, l'information quant au limogeage des patrons des différentes
chaînes de la sécurité ivoirienne est tombée.

En effet, par décret présidentiel, le président de la République, Alassane Ouattara, par ailleurs, chef suprême des Armées limogeait
les généraux Soumaïla Bakayoko, Gervais Kouakou Kouassi et Bredou M'Bia,
respectivement chef d'état- major des Armées, commandant supérieur de la gendarmerie et directeur général de la police. Ces derniers sont remplacés par les généraux Sékou Touré et Nicolas kouakou ainsi que le commissaire divisionnaire Youssouf Kouyaté.


Point n'est besoin de rappeler que ces limogeages interviennent après le mouvement d'humeur des soldats mutins. Autant dire qu'ils ne constituent pas une surprise aux yeux de plusieurs observateurs tant ces événements de ce week-end avait provoqué le courroux du chef de l'État, Alassane Ouattara.
D'ailleurs, les mutins n'avaient-ils ils pas souhaité, eux-mêmes, des
changements au sein de leur hiérarchie? On peut le dire, leurs vœux ont été exaucés coûtant ainsi son poste à Soumaïla Bakayoko.

Soro rempile pour un second mandat à la tête du parlement

Quelques heures plus tôt avant ce bouleversement au sommet de la hiérarchie de l'armée, la 3 e République ivoirienne enregistrait l'élection du président de l'Assemblée nationale. Sans surprise, Guillaume Soro, le président sortant a été triomphalement réélu avec 95,04 % des suffrages, soit 230 voix contre 12 pour son adversaire le député Evariste Méambly
qui, lors de ses cinq minutes d’allocution, en tribune, a davantage suscité les sourires de la part de ses petits camarades députés que les vivats. Le député de Ferkessedougou( nord) rempile pour un second mandat. Un mandat qui fait de lui, le premier haut personnage de l’Etat à prendre ses fonctions dans cette troisième République de Côte d’Ivoire. En attendant, la nomination d'un nouveau premier ministre en vue de la formation d'un nouveau gouvernement, d'un vice- président  déjà connu et la mise en place du Sénat on peut le dire sans sourciller, la 3 e République de la Côte d'Ivoire est en marche avec son corollaire de surprises.

Côte d'Ivoire: la 3 e République et ses premières victimes...

Commenter cet article