les intestins

Publié le par Denis-Zodo

La cellule est experte en santé. Mais cette expertise n’est possible que si elle est capable d’effectuer l’ensemble des opérations biochimiques dont elle a la charge. Pour ce faire, elle a besoin de suffisamment de micronutriments. Or, puisque la plupart des micronutriments ne sont que synthétisés par notre corps, il est essentiel de veiller à deux choses : tout d’abord, à la teneur en micronutriments des aliments que nous consommons, et ensuite à la qualité de notre système intestinal, dont la tâche est de les extraire.

On a longtemps considéré les intestins comme un long tuyau au contenu peu fréquentable. Tout change aujourd’hui avec la découverte de Michael Gershon, chercheur à l’université de Columbia au Etats-Unis. La digestion un processus si complexe, que pour continuer à penser pendant que nous digérons, nous avons besoin d’un deuxième cerveau. Ce cerveau, composé de 200 millions de neurones, soit plus que dans le cerveau d’un chien, c’est nos intestins. Et si l’on peut dire qu’un chien est intelligent, alors que penser nos intestins ?

Il est également à noter que 95% de la sérotonine, un neuromédiateur qui joue un rôle-clé dans notre organisme, est sécrété par les intestins. Elle contribue notamment à la régulation thermique de notre organisme, la douleur, l’anxiété, le contrôle moteur et l’humeur.

Le rôle des intestins ne s’arrête pas là. Ils sont également une des clés de notre humanité.

Selon D’autre part, l’origine intestinale des maladies neurodégénératives que sont les maladies d’Alzheimer, et de Parkinson, et qui attaquent les neurones intestinaux dix à vingt ans avant les premiers symptômes, est désormais reconnue.

Enfin Jean Fioramonti, directeur de recherche de l’unité de toxicologie alimentaire de l’Inra, « l’intestin regroupe 80% des cellules immunitaires de l’organisme ».

On imagine donc facilement l’impact d’un mauvais fonctionnement intestinal sur l’ensemble de notre santé.

Publié dans santé

Commenter cet article