JO de Rio/Ces menaces qui planent sur l’évènement

Publié le par Denis-Zodo

JO de Rio/Ces menaces qui planent sur l’évènement

Avec la Coupe du monde de football, les Jeux Olympiques sont les événements sportifs mondiaux les plus médiatisés et surtout suivis par des millions de téléspectateurs à travers la planète. Point n’est besoin de rappeler que le pays hôte doit faire bonne impression.

De l’environnement à l’organisation pratique en passant par la sécurité, tout doit être fin prêt le j-j. S’il est vrai que les JO de Rio ne seront forcément pas un fiasco, force est cependant de reconnaître qu’à 1 mois de la compétition, des signes d’inquiétudes et d’interrogations apparaissent. Au nombre des obstacles qui se dressent sur le chemin pour l’organisation des jeux parfaits à Rio, l’épineuse question des conflits sociaux , la maladie Zika, la menace terroriste.

Pour le pays de la Samba, l’histoire semble se répéter. En 2013, un an avant d’accueillir la Coupe du monde de football, le pays était secoué par des manifestations d’une ampleur à nulle autre pareille. Les JO qui ont lieu en moins de 1 an à Rio ne sont non plus pas à l’abri de tumultes. A cela, la fronde sociale où des manifestants appellent à boycotter les jeux.

Haut du formulaire

"Ce gouvernement dit qu'il n'a pas d'argent pour la santé, pour l'éducation, mais il a l'argent pour les JO. C'est absurde ! C'est pour ça que nous, les fonctionnaires, nous sommes dans la rue, pour nous battre pour nos droits" indique un manifestant. Outre, cette fronde sociale, s’ajoute la menace Zika qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Même si fin mai le ministère de la santé et le comité d’organisation des Jo, avec avis favorable de l’OMS on décidé de ne pas reporter l’évènement, force est cependant de constater que c'est au Brésil que le virus Zika, transmis par le moustique Aedes aegypti est le plus présent, avec 1,5 million de personnes atteintes.

Débandade dans les rangs des golfeurs

Certains sportifs sont inquiets, au point d'annuler leur participation. Notamment, les golfeurs, qui n'ont pourtant pas pris part aux JO depuis 1904.

"Bien que concourir aux JO au nom de mon pays ait toujours été un objectif majeur, jouer au golf ne peut pas prévaloir sur la sécurité de notre famille." A soutenu un golfeur australien. La voile et le canoé-kayak ne sont pas en reste des inquiétudes.

L’histoire du Brésil rime avec plages de sable fin, mais aussi pollution. La baie de Guanabara est une zone particulièrement impactée. Or, c'est dans cette baie que se disputeront des épreuves nautiques, comme la voile ou le canoé-kayak. D’ailleurs, une étude effectuée et publiée démontre que le niveau de pollution des eaux de la baie serait 1,7 million de fois supérieur aux normes. Toute chose qui ne rassure pas les athlètes.

De la menace terroriste

L’une des questions, les plus pertinentes est incontestablement celle de la menace terroriste. Avec 500.000 touristes et athlètes attendus à Rio pour l'occasion, les JO sont un événement international majeur. Impossible donc d'exclure le risque terroriste.

"J'ai une confiance totale dans nos préparatifs pour la sécurité des jeux, le plus grand événement sur la planète", déclarait en juin Andrei Rodrigues, secrétaire extraordinaire à la Sécurité des grands événements. Les ministres de la justice et de la défense pour leur part ont jugé "possible" une attaque mais "pas probable" avançant le prétexte de la non détection d’une telle menace par les renseignements. Pour cet évènement attendu par la planète, 47.000 policiers et 38.000 soldats veilleront à la sécurité de l'événement, soit le double du nombre d'agents de sécurité mobilisés en 2012 pour les Jeux de Londres. Le retard et l’absence des athlètes russes qui comptent parmi les plus représentatifs de la planète sont autant de préoccupations à 1 mois du démarrage des jeux. On peut le dire, les autorités brésiliennes et le comité d’organisation contrairement à ce que certains observateurs avancent ont le sommeil troublé, rien qu’en pensant à toutes ces préoccupations, les unes aussi complexes que les autres.

Commenter cet article