En dépit de la menace terroriste/La France maintient sa COP 21 (Acte 3)

Publié le par Denis-Zodo

changement climatique
changement climatique

La conférence sur le climat à Paris, prévue pour se tenir du 30 novembre au 11 décembre 2015 était menacée après les attentats perpétrés à Paris dans la nuit de vendredi 13 novembre 2015, l’opinion avait pensé que les autorités françaises allaient reculer. Que nenni ! En effet, en dépit des risques qui pèsent sur l’ensemble de la planète, le premier ministre Manuel Valls a rassuré quant à la tenue effective de l’événement. Bien sûr, avec des dispositifs pour le renforcement de la sécurité.

"La COP 21 se tiendra avec des mesures de sécurité renforcées, mais c'est une action absolument indispensable contre le dérèglement climatique «dixit Laurent Fabius, le ministre français des affaires étrangères au lendemain de cette attaque qui a endeuillé le peuple français (environ 129 morts et de nombreux blessés, dont des cas graves). Le ministre français de l’intérieur Bernard Cazeneuve, pour sa part affirmait « aucun chef d'Etat, aucun chef de gouvernement de la planète n'a demandé de reporter".

En revanche, le caractère festif ; notamment les concerts et autres évènements annexes qui étaient prévus seront à n’en point douter annulés. D’ailleurs, dans le même temps à la réunion du G20, regroupant les chefs d'Etat des pays les plus puissants du monde à Antalya, en Turquie, tous se sont accordés quant à la nécessité de la tenue de ladite conférence sur le climat à Paris. Et, cela, en dépit de toutes les menaces terroristes. Pour les 20 Etats, considérés comme les plus puissants du monde, cette conférence sera l’occasion pour eux d’affirmer leur détermination à trouver à la COP21une solution définitive au réchauffement climatique.

Selon ce texte, qui doit encore être validé par les chefs d'Etat et de gouvernement, le G20 a bon espoir que la Cop21 accouchera d'un "protocole, autre instrument ou accord ayant force juridique". Comme, on peut le constater la conférence de Paris revêt un caractère particulier, eu égard au fait que les Etats les plus puissants de la planète attachent beaucoup d’importance à l’évènement, dont des textes juridiques forts sont attendus par tous.

Une conférence planétaire

On peut le dire. Au regard de tout ce qui précède, l’on peut affirmer que les autorités françaises ont vite fait de régler le dilemme. De fait, le maintien de cette manifestation constitue une sérieuse prise de risque eu égard à son ampleur exceptionnelle. Paris n’a pas accueilli d’événement international aussi important depuis 1948 et l’Assemblée générale de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Pour cet évènement, considéré par nombre d’observateurs, comme l’un des plus grands du siècle, environ 40.000 participants, représentants de 195 pays sont attendus sur le site du Bourget (Seine-Saint-Denis) du 30 novembre au 11 décembre, soit la moitié de ce que peut contenir le Stade de France de Saint-Denis. Outre, ces participants, plusieurs autres lieux sont réquisitionnés pour accueillir des participants. Dans ces différents espaces, les industriels pourront faire des expositions à l’intention des participants et du grand public. Il faut souligner que depuis les attaques de la rédaction de« Charlie-Hebdo » et au Hyper Casher de la porte de Vincennes, en prélude à la tenue de la COP21, des dispositions sécuritaires avaient déjà prises par les autorités françaises.

Ces attaques avaient été immédiatement suivies d’un renforcement des dispositifs de sécurité et de la mobilisation de 88.000 policiers, gendarmes et militaires, dans le cadre du plan Vigipirate « alerte attentats ». S’il est vrai que le ministère de l’intérieur ne communique pas suffisamment sur la stratégie à mettre en place pour contrer d’éventuelles attaques terroristes, il n’en demeure pas moins qu’à travers les CRS, un système a été mis en place pour filtrer les entrées et sorties. Ce sont environ 4.000 à 5.000 CRS et gendarmes mobiles qui ont été consignés de longue date pour assurer le bon déroulement de la « Marche mondiale pour le climat » du 29 novembre. Reste à savoir si, celle-ci pourra garantir la sécurité zéro. Là, est toute la question. Par ailleurs, l’on apprend que sur le site même du parc des expositions du Bourget, la zone réservée aux négociations diplomatiques se trouve directement placée sous le contrôle d’une centaine de gardes de l’Organisation des nations unies. Autant de moyens de contrôle et de sécurité qui traduisent éloquemment la volonté des autorités françaises de garantir la sécurité des 118 chefs d’Etat et de gouvernement qui sont annoncés pour parler à la tribune de la COP 21, le 30 novembre. Disons-le tout net. La France, en décidant de maintenir cet évènement, prend une très grande responsabilité. Mais elle n’est pas seule. De Barack Obama à Angela Merkel, en passant par David Cameron, les témoignages de solidarité à l’égard du peuple français endeuillé par les attentats terroristes du 13 novembre dernier , la France montre aux yeux de tous qu’elle reste la patrie de la liberté et également son attachement à la résolution de l’équation du réchauffement climatique qui défraie la chronique.

Publié dans Environnement

Commenter cet article

denis zodo 17/01/2017 16:35

merci de la visite,nous essayons de satisfaire le monde.

Serrurier Paris 16/01/2017 15:22

Un article qui fait réfléchir... merci pour ce partage !