Après, les attentats du 13 novembre à Paris/ Menace sur le COP 21(Acte2)

Publié le par Denis-Zodo


Au moment, où tous les regards sont rivés sur France (Paris), où doit se tenir dans moins de deux semaines, le sommet mondial sur le climat, un attentat terroriste à nul autre pareil a frappé le pays de François Hollande, faisant plus de 132 morts (bilan provisoire). Évidemment, un tel drame humanitaire hypothèque la tenue dudit sommet qui attend plus d’une centaine de chefs d’États de la planète, dont l’Américain Barack Obama, le chinois Xi-Jining et le Russe Vladimir Poutine.

C’est une vérité de Lapalisse. Les enjeux et les attentes de la Cop21 sont grands. Notamment, pour les pays africains. Raison, pour laquelle, des experts réunis récemment à Dakar se sont prononcés en faveur d'un accord mondial sur le climat favorable notamment à l'Afrique. Entre autres préoccupations des experts présents, "un accord équilibré entre l'adaptation et "atténuation". Parce qu’ont-ils fait remarquer l’Afrique est exposée aux effets climatiques, car la plupart des pays sont côtiers.

Nous ne sommes pas de gros pollueurs, mais nous sommes des États responsables et nous avons élaboré nos contributions nationales pour dire que nous nous engageons à réduire nos émissions". Reconnaissent-ils. A l’analyse des faits, ils ont tous reconnu que,"limiter le réchauffement climatique est l'affaire de tous. Il reste le plus grand défi actuel de tous les États africains de notre temps et nous oblige à agir vite avant que le seuil critique ne soit atteint". Renchérissent-ils.

En outre, les experts africains sont tous unanimes pour reconnaître que l’'Afrique est le continent le plus vulnérable face aux impacts des changements climatiques, les avancées de la mer et l'érosion côtière le long des côtes ouest-africaines". Pour autant, pensent-ils que l'accord de Paris devrait "être ambitieux, équitable et juridiquement contraignant et fondé sur les principes de la responsabilité commune, mais différenciée (...)", pour qu'il puisse répondre aux "enjeux de l'Afrique".

Nul, n’est besoin de souligner qu’il ne serait pas facile d’atteindre les objectifs que se sont fixés les Africains, sans faire face à certaines réalités. Qui sont entre autres, la nécessité pour les pays africains de peser de tout leur poids, de parler d’une même voix…conditions sine qua non pour que ce conclave à travers ses résolutions, puisse fournir aux pays africains, l'appui dont ils ont besoin, pour mettre en place des politiques, des institutions et des budgets sur les changements climatiques à tous les niveaux".

Et subséquemment, permettre d'accélérer les opportunités offertes par les changements climatiques pour les pays en développement et être un nouveau pilier dans la nouvelle ère post 2015,pour le développement durable". Pour ce faire, tous doivent aller au-delà des déclarations des vœux pieux. Nous devons démontrer notre engagement à agir mais surtout à agir ensemble pour l'intérêt supérieur pour l'humanité entière".

Dans l’attente de ce sommet qui suscite beaucoup d’espoir au sein des pays africains, des inquiétudes persistent. Notamment, celles liées à un rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP) qui fait état de ce que la somme de ces engagements n’aboutira pas à l’objectif prévu de limiter la hausse de la température globale planétaire de 1,5 ° à 2 ° ; C d’ici 2100 par rapport à l’époque pré-industrielle.

Plus sûrement, ils s'attendent sur cette base à une élévation de température comprise entre 3 ° et 3,5 ° C. Au regard de cette menace, la nécessité pour les États industrialisés de faire plus s’impose. Resurgit donc, l’épineuse question de financements de la part des pays industrialisés. Car ces derniers se sont engagés à verser 100 milliards de dollars par an aux pays du Sud à partir de 2020, pour les aider à s’adapter. Mais ce ne sera pas suffisant.

En attendant, le 30 novembre prochain, date de l’ouverture des assises, aussi bien les pays industrialisés et africains sont dans l’expectative. Tous craignent et redoute en effet, les derniers développements de l’actualité, relatifs aux attentats terroristes à Paris qui provisoirement a enregistré plus d’une centaine de morts.

Publié dans Environnement

Commenter cet article